Education : le BIR fait des dons à Kribi

Deux écoles primaires publiques ont bénéficié de tables-bancs et leurs élèves de fournitures scolaires, le 20 novembre dernier.


Read also : « Nous avons un centre dans chaque région »

Ils n’en croyaient pas leurs yeux. Les élèves de l’Ecole publique d’Eboundja, village de l’arrondissement de Kribi I, scrutaient alors à la loupe le camion du Bataillon d’intervention rapide (BIR) qui venait de s’immobiliser dans la cour de l’école le 20 novembre dernier. Sous les regards curieux des enfants, un officier demande à ses éléments de le décharger. Des tables-bancs, des cartons de cahiers et bien d’autres fournitures scolaires sont portés par des militaires. On apprend alors que le BIR, dans le cadre de ses actions civilo-militaires, va remettre le matériel scolaire à deux écoles primaires publiques dans les arrondissements de Kribi I et Kribi II.


Read also : Amélioration de la prise de décision : le rôle-clé des statistiques en santé

A l’Ecole publique d’Eboundja, outre les enseignants et les élèves, les autorités administratives, traditionnelles et religieuses auxquelles se sont ajoutés les parents d’élèves ont assisté à la cérémonie. Le chef de bataillon Joseph Kounaka, commandant le BIR zone Kribi, fera alors savoir à l’assistance que le BIR, cette force d’élite de l’armée camerounaise, est aussi aux côtés de la jeunesse du Cameroun. « L’éducation est notre espoir », dit-il. A Londji, arrondissement de Kribi II, une immense foule a également afflué. S’adressant aux jeunes élèves, le chef de bataillon Joseph Kounaka a déclaré: « Notre vœu le plus cher est que vous soyez des hauts fonctionnaires, des grands médecins, des officiers supérieurs, des hommes et femmes dignes pour le Cameroun ». 


Read also : Région de l’Est : opération villes propres

Ils ont donc mis leurs armes en bandoulière, le temps de quelques heures, pour remettre aux élèves les fournitures scolaires. Les petites mains de quelques-uns de ces enfants n’ont pas pu supporter le poids de leurs cadeaux. Ils se faisaient alors aider par les fantassins. Venus seulement avec une ardoise, ils étaient nombreux à bénéficier d’un cartable bien fourni. « Nous disons merci au BIR », ont lancé les élèves en chœur. Cette joie était aussi partagée par les parents.


Read also : Yaoundé-Bafia-Makenene : la gendarmerie aux radars

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category