Gestion de la formation professionnelle : lumière sur la nouvelle loi

Le Minefop Issa Tchiroma Bakary a présenté les contours du texte de juillet 2018 relatif au secteur lors d’un atelier hier à Yaoundé.

En juillet 2018, le chef de l’Etat a promulgué une nouvelle loi régissant la formation professionnelle au Cameroun. Celle-ci vient en remplacement de celle de 1976 déjà obsolète étant donné que des études de bailleurs de fonds avaient récemment décelé le déficit du pays en instruments juridiques relevant du secteur et l’insuffisance des compétences requises dans les filières porteuses de croissance. L’atelier de vulgarisation ouvert hier par le ministre de l’Emploi et de la Formation promotionnelle (Minefop), Issa Tchiroma Bakary visait donc à présenter les contours et les enjeux de la nouvelle loi et de ses textes d’application aux 14 administrations concernées par la thématique pour une meilleure implémentation. C’était en présence des ministres en charge de l’Agriculture, du Travail et de l’Elevage. 


Read also : Inspection des établissements classés : le ministère du Tourisme aussi

La loi de juillet 2018 régissant la formation professionnelle comporte 55 articles répartis en sept chapitres. Ceux-ci traitent entre autres des grands principes qui guident la formation professionnelle et l’orientation de la politique y relative ainsi que les mécanismes de coordination et les sources de financement. Cette nouvelle loi vise donc, d’après Issa Tchiroma Bakary, à arrimer les évolutions institutionnelles par l’émergence de nouveaux métiers et à réduire les disparités en assurant une meilleure adéquation formation emploi et partant, répondre juridiquement aux besoins en compétences de l’économie moderne. Désormais, la formation professionnelle se décline en formation initiale, continue et en apprentissage. Les sources de financement peuvent provenir des dotations budgétaires et des appuis des collectivités territoriales décentralisées. Un conseil national de l’orientation et de la formation professionnelle assiste désormais l’Etat dans l’élaboration et la mise en œuvre de la politique. Selon le Minefop, à travers cette loi, on s’attend à la création de trois millions d’emplois à l’horizon 2023 et un investissement pour la formation de 139,37 milliards de F dont 87 milliards issus du budget d’investissement public. 


Read also : Activités forestières et lutte contre le braconnage : la protection des autochtones garantie

Le ministre est également revenu sur les textes d’application de la loi qui ont pour but d’assurer l’appropriation des textes par la communauté de la formation professionnelle au Cameroun. Cinq exposés ont été déroulés durant l’évènement. Ils portaient entre autres sur les mécanismes de financement de la formation professionnelle et la stratégie de mise en œuvre de la loi régissant la formation professionnelle : cas pratique de la politique nationale de l’emploi. L’atelier s’achève ce jour. Selon le Minefop, les structures de formation ont un délai de six mois pour s’arrimer aux dispositions de la nouvelle loi.


Read also : Lutte contre la criminalité faunique : le Gabon apporte son concours

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category