Wouri : l’UPC y croit

Les raisons de sa participation aux régionales, alors qu’elle ne dispose d’aucun conseiller municipal, présentées à la presse ce 27 novembre à Douala.

« La participation de l’Union des populations du Cameroun (UPC) aux élections régionales du 6 décembre prochain fait l’objet de plusieurs interrogations, car elle intervient alors que le parti historique a été exclu du double scrutin du 9 février 2020, qui lui aurait certainement garanti un électorat fidèle (…) Aussi la question de sa participation à cette élection alors qu’elle n’a pas de conseillers municipaux est-elle sur toutes les lèvres ». Propos du coordonnateur de l’UPC pour le Wouri, Salomon Douala Epale, à l’entame d’un point de presse donné vendredi à Douala. Pour les responsables départementaux du parti, trois raisons justifient cette participation.


Read also : Rétrospective 2020 : l’année de Paul Biya

La première est d’ordre historique. Notamment la correspondance du 27 avril 1954 adressée au haut-commissaire de la République française au Cameroun, Pierre Messmer, dans laquelle le secrétaire général de l’UPC, Ruben Um Nyobe, et le vice-président Abel Kingue, interpellaient les autorités françaises sur la nécessité d’instituer une Assemblée locale dans chaque subdivision du territoire en la dotant de pouvoirs réels…


Read also : Special 2020 : President Biya’s Achievements On Spotlight

Pour Salomon Douala Epale et ses colistiers, il s’agissait là des prémices de la régionalisation. La deuxième raison quant à elle est fraternelle, à en croire le coordonnateur du parti dans le Wouri. Il est question pour les cadres du parti de saluer le travail du Sg Augustin Frédéric Kodock, qui a entrepris en son temps des pourparlers entre l’UPC et le RDPC, pour la mise en place d’institutions dignes d’un pays démocratique. 


Read also : Reconstruction de l’Extrême-Nord : le programme présidentiel en marche

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category