Electricité dans le septentrion : des renforts arrivent

Le ministre Gaston Eloundou Essomba a évalué hier l’avancement du transfert des 20 Mégawatts de la centrale thermique vers le Réseau interconnecté Nord.

Des ouvriers transportant différents matériels, des groupes électrogènes disposés au niveau du site de production, avec à proximité des câbles de puissance de 15 m et des concertations entre différents responsables. La centrale thermique d’Ahala présentait hier après-midi une ambiance de travail intense. Une effervescence destinée à remédier au déficit énergétique observé dans la partie septentrionale du pays depuis près d’un mois. Ce lundi, le ministre de l’Eau et de l’Energie (Minee), Gaston Eloundou Essomba s’est donc rendu sur le site de la centrale. Accompagné des responsables d’Eneo et de ceux du projet Contigency Power Supply to the North, il a évalué l’état d’avancement des travaux.


Read also : Inspection des établissements classés : le ministère du Tourisme aussi

Durant une séance de travail, le ministre a appris que les 20 groupes électrogènes réquisitionnés et trois autres pour la réserve, ont été stockés et sont prêts à prendre la route. « Les équipes et les partenaires externes sont fortement mobilisés pour que tout se fasse dans les plus bref délais », a expliqué Jean Ismaël Tonye, chef de la centrale. Une visite du site de rassemblement et de production a permis au Minee de voir les équipements déjà stockés par numéro de série, suivant les destinations respectives que sont Djamboutou à Garoua et Ngaoundéré puis, et d’assister à une séance de manutention des containers par une grue. Satisfait de cette forte mobilisation, le ministre a toutefois souhaité que les 20 MW provenant de la centrale soit injectés le plus tôt possible dans le Réseau interconnecté Nord (RIN). D’après les responsables d’Eneo, chaque groupe électrogène pèse 1,3 tonne et nécessite un camion pour le transport. Donc il faudra une moyenne de trois jours, voire jusqu’à une semaine pour acheminer chacun de ces équipements vers Garoua et Ngaoundéré. Et sur la date d’entrée en service de ces groupes électrogènes dans les villes cibles, le Minee s’est voulu prudent. « Nous faisons ce qui est humainement possible pour qu’au plus tard la première semaine du mois de janvier 2021, le septentrion reçoive les premiers mégawatts. Nous irons sur le terrain pour apprécier les travaux de génie civil prévus dans les villes concernés », a rassuré Gaston Eloundou Essomba.


Read also : Activités forestières et lutte contre le braconnage : la protection des autochtones garantie

Le matériel ainsi démantelé sera utile aux trois régions septentrionales où des délestages affectent le RIN, de Ngaoundéré à Kousséri en passant par Maroua. C’est donc pour satisfaire à la demande en énergie, dans un contexte marqué par les fêtes de fin d’année que, sur instruction du gouvernement, il a été élaboré et homologué le transfert d’une partie des équipements de la centrale thermique d’Ahala à Yaoundé vers cette zone du pays. Sur les 20 MW de celle-ci, 12 MW iront vers la centrale thermique de Djamboutou à Garoua et 8 MW à Ngaoundéré.


Read also : Lutte contre la criminalité faunique : le Gabon apporte son concours

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category