Divorce Tshisekedi-Kabila : échauffourées à l'Assemblée nationale

Une plénière tourne à l’affrontement entre partisans des deux leaders après l’annonce de la rupture de l’alliance.

Incroyable, honteux... Les mots ne sont pas assez forts dans l’opinion publique pour qualifier ce qui s’est passé mardi dernier à l’hémicycle de l’Assemblée nationale à Kinshasa. Une plénière était convoquée par le secrétaire général de l’institution afin d’examiner une pétition déposée contre sept membres du bureau. La goutte d’eau qui fait déborder un vase déjà plein depuis trois jours avec l’annonce faite par le président Félix Tshisekedi de rompre la coalition qui existe depuis 2019 entre son parti, Cap pour le changement (CASH) et le Front commun pour le Congo (FCC) de son prédécesseur Joseph Kabila. Ce dernier totalise 338 députés sur 500 au parlement et détient les portefeuilles importants au gouvernement dont les 2/3, y compris le poste de Premier ministre. Mardi dernier, l’hémicycle est envahi par des non-parlementaires un peu trop nombreux pour comprendre que l’atmosphère est électrique. Les deux camps qui ne vont pas tarder à s’affronter sont déjà positionnés : l’un au rez-de-chaussée, l’autre au premier étage. Et comme dans un film d’action, des chaises sont utilisées comme projectiles. A l’intérieur de l’auguste chambre, le pupitre est renversé, le perchoir démonté. A l’extérieur, la police pulvérise du gaz lacrymogène, les motos-taxis tentent une entrée de force, les réseaux sociaux et les médias diffusent la scène. C’est le chaos. Le public est abasourdi…


Read also : Congo : une deuxième raffinerie en chantier

La bagarre au lieu du débat. L’ordre public sérieusement menacé dans la chambre censée légiférer. Un député de FCC, l’honorable Didi Manara confie que « la majorité de Joseph Kabila ne s’est pas effritée. Elle est là ». Un autre militant de l’UDPS, Christian Ngoyi, assure que le pouvoir en place restera fort et garant des institutions républicaines. De part et d’autres, on pense que l’argent a circulé soit pour maintenir la majorité, soit pour en former une autre.


Read also : Covid-19 Vaccine : G7 Members Pledges Extra Funding

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category