E-learning dans le secondaire : à l’épreuve du temps

Nombre de mécanismes sont rodés dans les établissements à cette entame du second trimestre. L’aventure nouvelle pour beaucoup d’élèves et d’enseignants prend peu à peu ses marques.

40 ordinateurs de bureau. Mieux, chaque poste est doté d’une connexion Internet. Au Lycée bilingue d’Ekounou à Yaoundé, on voit les choses en grand. La pandémie de Covid-19 a imposé la modernisation du centre multimédia. Cet espace abrite « Le lycée virtuel », plateforme dédiée au e-learning dans l’établissement. C’est là que tous les cours et les exercices seront déposés pour l’ensemble des apprenants. Il faut donc savoir la manier pour l’utiliser à fond. Impossible pour tout étranger à l’établissement de s’y glisser. L’établissement a pris le soin de s’offrir les services de spécialistes pour créer cette plateforme. C’est ainsi que l’on entend répondre aux exigences de e-learning. A l’entame du second trimestre, le Lycée d’Ekounou met un coup d’accélérateur aux différentes méthodes déjà employées sur place.


Read also : Conseil camerounais du croissant lunaire : en quête d’un meilleur service

En attendant que la plateforme soit pleinement opérationnelle, les enseignants ont leur plan de base .Un forum WhatsApp dans lequel ils entretiennent les élèves. « Nous pensons que cette approche permet de garder les élèves dans le bain. Nous devons gérer un effectif de près de 70°00 élèves dans cet établissement », souligne Roger Mendo Foumane, proviseur du Lycée bilingue d’Ekounou. Marie-Claire Mentouga Eode, coordonnatrice du sous-système anglophone veille à l’application du e-elarning. L’option est pareille au Lycée d’Anguissa. Ici, l’effectif est de 3800 élèves. Le système de mi-temps adopté impose aussi un plan B pour compenser les heures de présentielle. « Nous avons rodé un système depuis le début du premier trimestre. Notamment la création de plusieurs foras sur l’application WhatsApp. Pour ne pas perdre les élèves, nous sensibilisions aussi les parents pour qu’ils veillent au suivi des cours et des exercices à domicile », assure Jean Blaise Belibi Eyebé, proviseur. L’établissement s’est d’ailleurs équipé en conséquence, pour préparer les élèves et les enseignants aux cours à distance. Avec des salles dotées d’un téléviseur et deux salles informatiques équipées en conséquence.


Read also : Fonction publique : plus de 1 500 emplois disponibles

Hier jeudi, à 10h, des groupes d’élèves se succédaient dans les salles d’informatique pour suivre les leçons d’informatique. Salle climatisée, 40 postes avec vidéoprojecteur pour se mettre à la page. « Ceux qui sont à la maison reçoivent des cours à l’avance. Les enseignants viennent juste expliquer lorsqu’ils n’ont pas compris. De plus, ils ont désormais accès à la plateforme créée par le ministère des Enseignements secondaires », ajoute Jean Blaise Belibi Eyebé. Il s’agit du site https://minesec-distancelearning.cm/. Des cours y sont dispensés dans toutes les matières et pour tous les niveaux, de sous-systèmes anglophone et francophone.


Read also : BEPC : près de 220 000 candidats

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category