Rutile d'Akonolinga : exploration cpncluante

Le secrétaire d'État au ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique, chargé des mines en a fait le constat hier au cours d’une mission d'évaluation.

Hier, le secrétaire d'État auprès du ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique (Minmidt) a effectué une visite d'évaluation du permis minier relatif au rutile d'Akonolinga. Fuh Calistus Gentry était  accompagné de quelques responsables de l'entreprise française Erramet, détentrice, depuis 2019, de cinq permis d’exploration. Ce projet lancé en 2019 en est à sa deuxième phase. La première phase a consisté, d'après des responsables, à réaliser 300 sondages, qui ont permis de définir la zone rutilifère, la réalisation des études environnementales et sociétales. Et elle a été plutôt concluante, si l'on s'en tient aux avis des différents acteurs, notamment au sujet de la réalisation des sondages. 


Read also : Corridor Douala-Bangui : le trafic peut reprendre

La deuxième quant à elle a été lancée en septembre dernier. « La machine que vous voyez derrière moi a permis de cibler des zones d'intérêt. Nous sommes ici aux alentours du fleuve Nyong et c'est dans ces zones-là que nous recherchons actuellement les zones d'intérêt pour ce minerai titanifère », a expliqué Philippe Gundermann, responsable du projet. Et c'est justement dans la localité de Medoumou, à 45 minutes de la ville d'Akonolinga, qu'une opération se déroule actuellement. « Nous prélevons des échantillons dans le sous-sol sur une profondeur d'environ 4 à 6 m pour regarder à partir de quelle profondeur commence à apparaître le rutile qui est toujours en teneur très faible. On parle de 1% de rutile dans le sous-sol », poursuit-il. Cette phase 2 qui est censée durer un an comporte aussi une étape importante qui est d'essayer la séparation entre le rutile et les autres éléments minéraux. Ce n'est qu'après cette étape qui devra aussi révéler le potentiel économique du rutile d'Akonolinga que le projet va passer à sa phase 3 qui va consister en l'exploitation industrielle de ce sable minéralisé servant à la production de pigments et à la fabrication de peintures ainsi que des cockpits d’avion à travers le titane qu’il contient. 


Read also : Emergence : Charles Foka pour une transition énergétique

Le secrétaire d'État s'est dit satisfait de ce qu'il a vu. Surtout que l'entreprise semble respecter les délais et les clauses. « Nous sommes très satisfaits que le cahier de charges soit bien respecté. L'aspect très intéressant de cette deuxième phase c'est une unité de transformation pilote qui va donner les indications sur comment le minerai va être exploité. Les teneurs préliminaires sont encourageantes et nous sommes sûrs que l’ancien gisement n’est pas seulement confirmé, mais qu’il y a des réserves qui vont s’ajouter à ces gisements », a souligné Fuh Calistus Gentry. A ce jour, le gisement de rutile du Cameroun estimé à près de trois millions de tonnes. Ce qui fait du pays le deuxième réservoir mondial de rutile, dont 500 000 tonnes localisées à Akonolinga. L'entreprise à fait la promesse aux populations que « ce serpent de mer sera transformé en valeur de la terre. » 


Read also : Allocation de résilience de la Banque mondiale : le Cameroun en quête d’éligibilité

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category