Un hommage mérité

La commémoration du soixantième anniversaire de l’assassinat de Patrice Lumumba, dimanche prochain, remet le héros de l’indépendance de la République démocratique du Congo au cœur de la mémoire collective.


Read also : Transition au Mali : la CEDEAO veille sur le calendrier électoral

L’histoire a failli être injuste vis-à-vis du premier chef du gouvernement congolais. Lui qui conduisit la Nation congolaise à son indépendance le 30 juin 1960. Patrice Lumumba fut assassiné le 17 janvier 1961 avec ses deux co-détenus, Maurice Mpolo et Joseph Okito. Son corps avait été ensuite dissous dans l’acide. L’élimination du héros de l’indépendance était prévisible dès lors qu’il avait refusé que le gouvernement de la métropole se réserve quelques pouvoirs lors de l’accession de la Nation congolaise à l’indépendance tout en exigeant que « tous les rouages du pays soient aux mains des Congolais ». Le jour dit, Patrice Lumumba avait confirmé son refus en prononçant un discours qui avait irrité le roi des Belges.


Read also : Maison blanche : Biden pose son empreinte

Dès lors, tout était mis en œuvre pour « neutraliser politiquement Lumumba et même l’assassiner ». Lui qui était présenté par ses détracteurs comme « un personnage particulièrement anti-occidental », auquel on prêtait l’idée de « conduire l’Afrique au communisme ».  L’assassinat du héros de l’indépendance est intervenu le 17 janvier 1961 après plusieurs mois de complots et d’intrigues. Pourtant, Lumumba ne s’attendait pas à jouer les premiers rôles sur le chantier de l’indépendance congolaise. Il n’était pas particulièrement attendu à la table ronde belgo-congolaise ayant débouché sur l’indépendance de la République démocratique du Congo. Il venait tout juste d’être libéré de la cellule de Stanleyville. Mais dès qu’il avait rejoint les autres participants à la table ronde, ayant commencé les travaux en son absence, il avait émergé comme un stratège. Il avait également eu l’insigne honneur de clôturer la séance qui avait eu lieu à Bruxelles en Belgique en janvier et février 1960.


Read also : United States : Joe Biden Takes Command

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category