« Les anciens vainqueurs peuvent être rangés parmi les favoris »

Florent Voundi, consultant CT.

Après une longue période d’incertitude due au Covid-19, le CHAN 2020 débute ce samedi. La fraîcheur physique va-t-elle influencer la qualité du spectacle produit par les 16 pays présents ?


Read also : Elite One : As Fortuna démarre bien

En réalité, la fraîcheur physique ne peut pas être la même pour tous en raison des conséquences du Covid-19 sur le continent. Tous les pays n’ont pas redémarré les compétitions au même moment. Certaines équipes disposent de joueurs avec une bonne dose de matchs dans les jambes. Ce qui facilite le travail du sélectionneur qui n’aura plus qu’à effectuer le travail foncier devant être fait en club. D’un autre côté, il faut reconnaître que l’arrêt de championnat a aussi ses bons points. Il permet au sélectionneur de procéder à des regroupements réguliers, de diriger de multiples séances quotidiennes pour implémenter son projet de jeu. 


Read also : Election à la CAF : voie libre pour Motsepe

Y a-t-il des équipes à craindre particulièrement ?  


Read also : Female Football : Season Resumes After All

C’est vrai que le CHAN n'a pas les mêmes réalités que la CAN. Certains pays, à l’image des anciens vainqueurs de la compétition, peuvent être rangés parmi les favoris. C’est le cas dans la poule B de la RDC, le double champion d'Afrique, et de la Libye. Le Maroc, le champion d'Afrique en titre, est un prétendant sérieux à sa propre succession. Derrière, le Cameroun peut se révéler à domicile, c'est l'un des trophées qui manque à son palmarès.


Read also : Coton Sport : le come-back dans l’élite

Le Cameroun entre en compétition demain face au Zimbabwe. Comment les Lions A’ devraient aborder cette rencontre ? 


Read also : Election à la CAF : Yahya et Anouma présentent leurs programmes

Force est de reconnaître que le Zimbabwe a un système de jeu très rapproché du kick and rush britannique. Les Zimbabwéens achèvent généralement leurs rencontres sur leur rythme de départ. Il est donc question de ne pas les laisser prendre leurs repères. Le Cameroun devra surtout faire preuve de flexibilité en variant les approches pour déstabiliser le bloc adverse.  Les Lions A’ devront faire usage d’un fighting spirit maximal en accentuant l'agressivité offensive et la rigueur généralisée. Devant, il faut de la percussion sur les côtés et l’efficacité devant les buts. 


Read also : « Le championnat va se poursuivre sans anicroche »


Read also : Foot business : une plateforme pour attirer les investisseurs

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category