Attribution des logements sociaux : le Minhdu met la pression à ses équipes

Au cours d’une réunion vendredi dernier à Yaoundé, le ministre, Célestine Ketcha Courtès a donné une semaine à la SIC, maître d’ouvrage délégué pour faire le point de la situation.

Une semaine. C’est le délai accordé par le ministre de l’Habitat et du Développement urbain (Minhdu) au directeur général de la Société immobilière du Cameroun (Sic) pour faire le point. Il s’agit pour le maître d’ouvrage délégué et mandataire de ce département ministériel pour la gestion des logements sociaux, d’indiquer ce qui reste à faire, afin que les acquéreurs occupent leurs appartements. Au terme de cette opération menée avec l’appui du secrétaire d’Etat en charge de l’Habitat, le ministre Célestine Ketcha Courtès annonce l’achèvement des travaux ciblés et la relance de la production massive de nouvelles habitations. Aux acquéreurs, le Minhdu demande d’être « indulgents et compréhensifs. Nous allons faire un état des lieux avec le crédit foncier et mobiliser tous les autres intervenants, notamment Eneo et Camwater, afin que ces maisons soient habitables. »


Read also : Education : de nouveaux établissements dans le secondaire

C’est en effet ce qui ressort de la réunion tenue vendredi dernier à Yaoundé entre le Minhdu et ses principaux collaborateurs. Le chef de département et son équipe se sont retrouvés pour comprendre pourquoi certaines personnes qui ont payé depuis des années, n’ont toujours pas leurs appartements. La finalisation de ces chantiers et l’attribution des habitations aux acquéreurs qui en expriment le besoin de « manière pressante », étaient ainsi au menu. 


Read also : Yaoundé : deux nouveaux cas de poliomyélite notifiés

C’est en effet en décembre 2009 à Yaoundé et en février 2010 à Douala que le programme gouvernemental de construction de 10 000 logements et d’aménagement de 50 000 parcelles a été lancé. Ceci pour apporter des solutions concrètes au déficit de logements décents au pays. Le programme a été conçu pour s’exécuter dans les 10 régions. A ce jour, si de nombreux logements sont sortis de terre à Olembé (Yaoundé) ou à Mbanga Bakoko (Douala), beaucoup de personnes ayant déboursé leur argent attendent toujours d’entrer en possession de leurs habitations. Ceci alors que la commercialisation des premiers logements a été entamée en 2013. Avec des prix oscillant entre 17 et 23 millions de F pour les appartements de trois à quatre chambres. Pour beaucoup d’observateurs, l’accélération des attributions de ces logements aux acquéreurs s’impose déjà. 


Read also : Entrée à la Gendarmerie nationale : ça se bouscule

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category