CHAN 2021 et 2022 : le rassembleur de la jeunesse africaine

Le Temps des Opportunités fait de ces deux importants rendez-vous sportifs l’une de ses principales manchettes. Actualité oblige.

La rédaction du Temps des Opportunités n’a pas voulu passer à côté de cette actualité brûlante. Au moment où le Cameroun abrite la sixième édition du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN 2021) et s’apprête à accueillir dans quelques mois la 33è édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN TOTAL 2022), le magazine publié par le Cabinet civil de la présidence de la République réserve une place de choix à ces deux rendez-vous africains en terre camerounaise, pour donner à voir et surtout pour mettre en exergue l’exploit du Cameroun à offrir au football africain des infrastructures et des équipements sportifs de haute facture. 


Read also : Cameroon-Turkey : Outgoing Ambassador Bids Farewell

Ce numéro spécial du mois de janvier 2021 salue le mérite du Comité local d’organisation qui « a pris le temps nécessaire pour peaufiner les préparatifs en vue d’offrir aux délégations, les meilleures conditions d’accueil et de sécurité pour un séjour à la hauteur de la tradition de l’hospitalité camerounaise ». Le magazine relève particulièrement la forte implication du président de la République, Paul Biya dans l’optique de faire du CHAN, « une belle fête, la plus grande jamais organisée pour cette compétition, en attendant d’accueillir l’année prochaine la 33e édition de la CAN TOTAL 2022 ».


Read also : CHAN 2020 : le « merci » des volontaires à Paul Biya

A travers une revue des infrastructures construites, réhabilitées ou rénovées par le Cameroun pour accueillir ces deux grands rendez-vous africains, le journal estime que le Cameroun est allé au-delà du cahier des charges de la CAF. En témoigne, révèle-t-il, le satisfecit de la CAF lors de de la dernière réunion de son Comité exécutif du mois de décembre 2020.


Read also : Bafut : le BIR reconstruit la sous-préfecture

Dans ses démonstrations suffisamment documentées, le magazine du Cabinet civil rapporte que le stade de Japoma à Douala « fait partie des plus beaux stades d’Afrique à ce jour ».  Ce complexe sportif ultra moderne constituera pendant le CHAN le nec plus ultra avec ses 50 000 places et ses deux aires d’entrainement. Le journal poursuit son incursion au sein de ce vaste chantier de construction et de réhabilitation des stades et des équipements sportifs en présentant le nouveau et mythique stade de la Réunification de Douala dont les travaux de rénovation le hissent désormais « parmi les standards internationaux les plus rigoureux ». Le lecteur découvre également que dans la ville balnéaire de Limbe, le stade Omnisports opérationnel depuis la CAN féminine en 2016 a encore reçu un coup de neuf pour les deux tournois en cours et à venir pendant que les deux terrains d’entrainement « Le Centenary Stadium » et le « Middle Farm Stadium » ont été reconfigurés pour être arrimés aux exigences de la CAF.


Read also : Exécutifs municipaux : un an, quel bilan

Dans cette revue des infrastructures sportives, Le Temps des Opportunités marque deux arrêts à Yaoundé. Le magazine relève que le stade Omnisports Ahmadou Ahidjo a subi pour la deuxième fois en moins de cinq ans un coup de neuf « pour se hisser à la hauteur des grandes compétitions mondiales ». Ce mythique antre de 40 000 places qui accueille actuellement les équipes de la poule A du CHAN dont le Cameroun, se présente aujourd’hui, selon le journal, comme « une infrastructure moderne répondant aux standards de confort et de sécurité requis par la Caf et de la Fifa ». Un peu plus au Nord de la capitale politique, cette 65ème édition braque ses projecteurs sur le complexe sportif d’Olembé, d’une capacité de 60 000 places. Selon le magazine, il sera, dès que les travaux de finition vont s’achever, la principale attraction de la CAN 2022.


Read also : Douala : des changements perceptibles

Le Temps des Opportunités boucle sa revue par les villes de Garoua et Bafoussam, retenues elles aussi pour abriter les matches de la CAN 2022. Dans ces deux sites, l’offre infrastructurelle est satisfaisante. A Bafoussam, le stade omnisports de Kouekong auquel se greffent les terrains d’entraînement reconfigurés de Mbouda et de Bandjoun n’attend plus que le jour dit. A Garoua, l’antre de Roumde-Adjia avec ses 25 000 places a été entièrement rénové et brille aujourd’hui de mille feux. 


Read also : Bafoussam : chantiers ouverts

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category