Covid-19 en Afrique centrale : réflexion sur le vaccin

Une conférence des ministres en charge de la Santé en zone Cemac se tient depuis hier par visioconférence afin d’obtenir une expertise sur la riposte vaccinale à adopter.

900 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés en Afrique centrale au cours de la première semaine de 2021 d’après l’Organisation de coordination pour la lutte contre les endémies de la sous-région (OCEAC).  Avec un nombre cumulé de plus de 56 000 cas confirmés, dont 2600 encore actifs et 880 décès, la situation actuelle de la pandémie dans la zone reste préoccupante. C’est ainsi que la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale, par l’entremise de l’Oceac, réunit depuis hier ses ministres en charge de la Santé sur la possibilité de mise en œuvre d’un ou des vaccins anti-Covid-19. « Les réflexions sont en train d’être menées sur la nécessité de la vaccination contre la pandémie à coronavirus dans les pays membres de la zone Cemac. Notamment sur comment vacciner et par quelle population commencer », a précisé le Dr Parfait Awono Ambene, chef service recherches à l’Oceac. Présidant l’ouverture des travaux par visioconférence, le ministre camerounais de la Santé, Dr Manaouda Malachie, a insisté sur « l’indispensable » consensus et la mise en place d’un Comité scientifique sous régional. « Il est question d’harmoniser nos points de vue et de créer une synergie d’actions autour d’un outil efficace contre cette pandémie au sein de cet espace communautaire », a déclaré le Minsanté.  


Read also : Education : de nouveaux établissements dans le secondaire

Experts techniques, membres des comités scientifiques pour la lutte contre le Covid-19 et représentants des centrales nationales d’achat des médicaments ont été invités à mutualiser leurs expertises pour convenir à un vaccin anti-Covid-19 à appliquer en zone Cemac. Les ministres en charge de la Santé du Gabon, Centrafrique, Congo, Guinée équatoriale et du Tchad devront s’accorder au terme des travaux sur le choix du ou des vaccins recommandables et sur le système d’approvisionnement. « Si l’approche d’une mise en œuvre d’un vaccin s’avère inévitable, il sera question d’élaborer, ensemble, des orientations judicieuses pour l’implémentation de cette stratégie commune », a poursuivi Manaouda Malachie. Le calendrier vaccinal anti-Covid-19 sera arrêté de façon consensuelle, demain. 


Read also : Yaoundé : deux nouveaux cas de poliomyélite notifiés

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category