« Le public verre des actions de marketing social »

Bruno Bekolo Mvongo, président de la commission marketing du COCAN.

C’est la première fois qu’un pays organisateur a des sponsors locaux à un évènement organisé par la CAF, comment êtes-vous parvenu à obtenir cela ?


Read also : Coton Sport : le come-back dans l’élite

Nous avons fait valoir des arguments qui relevaient de la nature de la compétition elle-même. Cette compétition rassemble des athlètes évoluant localement. De ce fait, ce sont ces mêmes athlètes et leurs clubs qui se retournent souvent vers ces annonceurs potentiels pour demander du sponsoring. Ça été notre principal argument. Fort heureusement, quelques-uns nous ont suivis et ont compris l’enjeu. Voilà pourquoi nous avons pu, pour la première fois, inscrire quatre partenaires locaux dans une compétition majeure de la CAF. 


Read also : Election à la CAF : Yahya et Anouma présentent leurs programmes

On a observé que des produits des entreprises ne faisant pas partie des partenaires officiels se sont retrouvés au stade Ahmadou Ahidjo. Qu’est-ce qui est prévu pour éviter pareille situation lors des prochaines rencontres ? 


Read also : « Le championnat va se poursuivre sans anicroche »

Vous faites allusion à la lutte contre l’embouche marketing qui est en fait le marketing d’opportunité. C’est-à-dire qu’un évènement comme celui-ci intéresse, y compris, la concurrence de ceux qui ont acquis des droits pour l’évènement. Nous avons observé qu’il y a des entreprises locales concurrentes de certains affiliés commerciaux de la compétition qui ont pris sur elles de mener des actions de marketing en commercialisant certains produits, y compris dans le stade. A ces entreprises, nous disons que c’est risqué, parce qu’elles peuvent être poursuivies au moins par trois parties prenantes, à savoir leurs concurrents qui ont acquis des droits pour l’évènement, le détenteur de ces droits qui est la CAF, et le pays organisateur. Ces trois composantes pourraient donc mener des actions extrêmement préjudiciables contre elles. Il est encore temps qu’elles se ressaisissent et qu’elles s’en tiennent à la loi. 


Read also : Foot business : une plateforme pour attirer les investisseurs

La compétition est désormais rendue à sa deuxième journée, qu’est-ce qu’on verra de nouveau en termes de déploiement marketing ? 


Read also : Australian Open : Novak Djokovic, Naomi Osaka Triumph

Le CHAN est un champ d’expérimentation pour une compétition majeure attendue, à savoir la Coupe d’Afrique des nations. Nous avons pensé à un grand nombre d’actions qui, compte tenu du contexte sanitaire et des moyens matériels et financiers limités, n’ont pas pu être implémentées. Mais dès la deuxième journée, le public verra des actions de marketing social, à l’exemple du transport des spectateurs vers les stades. Nous allons le tester à Yaoundé, sur au moins deux parcours. On aura également droit à la collecte et au tri des déchets générés par l’évènement. 


Read also : Eliminatoires Afrobasket masculin 2021 : le Cameroun a son ticket

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category