Est : la pression des refugiés

Suite à la dégradation de la situation sociopolitique et sécuritaire en RCA, les réfugiés affluent dans la région, notamment dans la ville frontalière de Garoua-Boulaï.

Selon les organisations humanitaires, plus de 4500 personnes en provenance de la République centrafricaine ont trouvé refuge au Cameroun, depuis le regain de tensions dans ce pays voisin. Un afflux de déplacés pour l’essentiel démunis, qui rejoignent ceux déjà présents sur différents sites dans la région depuis la crise de 2013, et qui ont besoin d’encadrement. C’est notamment ce à quoi s’attellent les autorités administratives locales ainsi que les diverses Organisations non gouvernementales sur le terrain. Si les différentes agences des Nations unies (HCR, PAM, UNICEF) coordonnent leurs actions sur le terrain pour y faire face, la tâche est cependant loin d’être aisée. 


Read also : Cameroon-Turkey : Outgoing Ambassador Bids Farewell

En effet, la baisse des financements et les ressources limitées évoquées par ces organisations compliquent la réponse humanitaire sur le terrain. D’où le plaidoyer afin d’obtenir plus de ressources de la part des donateurs, pour soutenir ces populations vulnérables. D’après le HCR, vendredi dernier, un premier groupe de réfugiés centrafricains nouvellement arrivés au Cameroun ont été enregistrés et accueillis sur le site de Gado Badzere, après avoir reçu un test PCR. Ils intégreront au fur et à mesure les abris d'urgence qui ont été construits pour eux, après avoir reçu des kits d’hygiène. Selon le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés, la région de l’Est abrite un peu plus de 193 mille déplacés centrafricains.


Read also : CHAN 2020 : le « merci » des volontaires à Paul Biya

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category