Yaoundé-Bafia-Makenene : la gendarmerie aux radars

Plusieurs automobilistes ont été interpellés sur cet axe le week-end dernier pour non-respect des limitations de vitesse.


Read also : Education : de nouveaux établissements dans le secondaire

C’est au niveau de Nkol-Nguem II, dans la commune d’Obala, région du Centre qu’on retrouve ce samedi 16 janvier, le premier poste de prévention routière de l’axe Yaoundé-Bafia-Makenene. Sur place, plusieurs véhicules stationnés. D’aucuns sont interpellés pour un contrôle de routine (port obligatoire de la ceinture de sécurité, contrôle des pièces d’identité, surcharge…), d’autres, le sont pour excès de vitesse et de non-respect de la limitation de vitesse. Au niveau du poste légèrement retiré de la route principale, des automobilistes sont en file indienne. Ils ont été flashés au niveau de Nkometou, après le péage par le radariste bien caché. Au niveau du poste, deux gendarmes sont assis. L’un reçoit les informations du radariste, et l’autre se charge d’informer les usagers des infractions commises.  L’un des automobilistes énervé est dans le déni. Il ne reconnaît pas avoir été en excès de vitesse et demande à voir l’image qui le prouve. Et malgré les faits présentés, il estime que la réaction des gendarmes est excessive et va jusqu’à demander aux gendarmes la signification de « Prévention routière ». En deux mots, le lieutenant qui les entretient explique que « c’est la sensibilisation et la répression ». L’automobiliste est donc sommé de payer une amande de 25 000F ou de se faire auditionner. 


Read also : Yaoundé : deux nouveaux cas de poliomyélite notifiés

A côté de lui, un autre automobiliste est très énervé. Il ne comprend pas pourquoi il a été flashé alors qu’il suivait de près un véhicule ayant la même vitesse que lui. Le chef d’escadron Hans Ngame Nsile, va expliquer que le radar ne peut pas prendre à la fois quatre véhicules qui se suivent. Vers midi, le superviseur général de la prévention routière de la première région, le lieutenant-colonel Emilienne Viorong arrive sur les lieux. Accueillie par le chef d’escadron qui lui fait un compte rendu, elle va également se jeter à l’eau en contrôlant les véhicules. Un bus à destination de la région de l’Ouest est stoppé et contrôlé par elle-même. A son entrée, elle va exiger le port du masque par tous les passagers. Elle va aussi contrôler les bagages en soute et s’assurer qu’il y ait des extincteurs et une boite à pharmacie. Après quelques heures, elle va poursuivre la route vers le Mbam-et-Kim, deuxième poste de la prévention.


Read also : Entrée à la Gendarmerie nationale : ça se bouscule

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category