« Nous avons un centre dans chaque région »

Les explications du commissaire de police divisionnaire Christian Ndoua Zie, chef de la division des transmissions à la DGSN.

Quelles sont les missions assignées au Centre national de commandement et de contrôle de la vidéosurveillance ?


Read also : Protecting Children’s Rights: Here Comes Novelist Djaili Amadou Amal!

Il apporte un appui aux unités de sécurité publique qui sont confrontées à la gestion de la circulation et tout ce qu’on peut avoir comme désordre public. En ce qui concerne la police judiciaire, nous avons un système qui permet de stocker toutes les images enregistrées par les caméras et de les garder à peu près pendant 90 jours. Ce qui permet aux unités de police judiciaire de disposer d’éléments palpables sur lesquels elles peuvent fonder les conclusions de leurs enquêtes, parce qu’il s’agit de preuves manifestes de la vérité, qu’elles recherchent. Enfin, pour ce qui concerne les services de renseignement, on a la possibilité de faire de très bonnes filatures sans se déplacer. Au plan spécifique de transmission, ce centre fonctionne 24 heures sur 24. Les équipes de techniciens et opérateurs du centre sont organisées en un système de trois prises qui permet que les uns se reposent quand les autres travaillent. Pour ce qui concerne la sécurité publique, nous avons des équipes dédiées à la surveillance de la voie publique sur l’ensemble du territoire nationale. Ce centre, pour l’instant, coordonne l’activité, mais dans notre stratégie, nous avons envisagé la décentralisation de ces activités. Du coup, dans chaque région, nous avons un centre comme celui-ci permettant aux policiers localement compétents de continuer à faire le travail que nous menons ici. Nous pouvons donc avoir plus de flexibilité pour la gestion de nos hommes. En ce qui concerne les grands événements comme le CHAN, nous disposons de centres similaires dans chaque stade de compétition. Actuellement, il y a tout un déploiement de fonctionnaires de police et de gendarmerie dans ces centres pour faire le suivi des activités qui y ont lieu. En temps réel, le suivi de la compétition dans tous ses aspects sécuritaires est vraiment garanti grâce à la présence de ce système dans le stade.


Read also : Education : de nouveaux établissements dans le secondaire

Comment est assurée la liaison avec les autres régions du pays ?


Read also : Yaoundé : deux nouveaux cas de poliomyélite notifiés

Outre la couverture par vidéosurveillance, nous disposons aussi de postes émetteurs-récepteurs qui sont en réalité des moyens de communication de quatrième génération qui nous permettent aussi bien de communiquer dans les groupes que nous avons constitué soit par région, par type de travail ou par des appels individuels lorsque les responsables veulent communiquer entre eux. Cet équipement permet de contrôler les activités filmées par les caméras et celles des policiers sur le terrain. Pour ce qui est de la maintenance et de l’entretien des infrastructures, la division de transmission est technique et le personnel affecté est constitué pour la plupart des techniciens déployés par corps de métiers pour assurer la maintenance et l’entretien des équipements qui sont installés dans le cadre de ce système. Nous disposons également de moyens mobiles qui permettent de nous déployer sur le terrain.


Read also : Entrée à la Gendarmerie nationale : ça se bouscule

Vous avez forcément besoin de la connexion Internet pour mener à bien vos missions…


Read also : Test PCR pour voyageurs : le concours de patience

Notre réseau est en permanence assuré par Camtel et c’est grâce à elle que nous restons connectés à tous nos dispositifs dans les régions. Certes, nous avons de temps en temps des cas de coupure de réseaux, mais c’est un phénomène qui n’est pas volontaire. Lorsque nous observons ces ruptures de service, nous saisissons Camtel qui réagit promptement pour rétablir les réseaux. En outre, nous avons des difficultés avec des autres partenaires, notamment Eneo. Certains agents de cette entreprise ne comprennent pas encore l’importance du système et il leur arrive parfois de débrancher les alimentations de caméras. Résultat, certaines zones se retrouvent paralysées. On a déjà saisi la hiérarchie de cette administration pour éviter que de tels phénomènes se reproduisent. Il y a également quelques cas de vandalisme perpétrés sur certains de nos équipements, notamment dans les sites qui permettent le rayonnement de notre réseau. Malheureusement dans ce site, il y a des cas d’indisponibilité d’énergie. Il faut que les batteries de secours puissent prendre le relais. Justement, ce sont ces batteries que les vandales recherchent pour aller les utiliser à d’autres fins. Nous connaissons des situations de vol et de vandalisme, entre autres. 


Read also : Langues nationales : le secondaire se met à la charge

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category