Electricité : ces compteurs qui divisent

Depuis quelques années, l’entreprise distributrice de l’énergie électrique a entrepris d’installer de nouveaux compteurs chez ses clients. Mais ce n’est pas toujours sans tension.

D’une manière générale, le paysage économique du Cameroun tend à se digitaliser. Et ce n’est pas le secteur de l’électricité qui sera en reste. C’est pourquoi, depuis quelques années, on assiste à l’introduction progressive des réseaux intelligents dans le secteur énergétique, notamment pour ce qui est du comptage et de la facturation de la consommation de l’énergie électrique


Read also : Corridor Douala-Bangui : le trafic peut reprendre

De manière concrète, les anciens compteurs installés chez les clients d’Eneo sont remplacés par de nouveaux modèles. « L’objectif est de rajeunir le parc progressivement a?n de réduire les problèmes de justesse de la facturation », lit-on dans le rapport annuel 2019 de l’entreprise. Les spécialistes expliquent alors qu’au-delà de 10 ans d’âge, et c’est le cas avec une grande partie du parc de compteurs installés chez les abonnés,  « un appareillage de comptage électromécanique court le risque de compter soit en trop, soit en moins. Ce qui génère des sous-facturations, préjudiciables à Eneo, ou des surfacturations préjudiciables au client. Dans les deux cas, la relation de confiance que devrait entretenir Eneo et son client se dégrade », indique-t-on chez le distributeur de l’énergie électrique


Read also : Emergence : Charles Foka pour une transition énergétique

Cette opération qui va aller en s’intensifiant, rentre en droite ligne de l’un des avenants au contrat de concession d’Eneo avec l’Etat du Cameroun. Selon ce document qui vise l’amélioration de la qualité de service de l’entreprise, Eneo est tenue de poser des compteurs intelligents témoins qui serviront d’outils de suivi de la qualité de service auprès d’échantillons représentatifs de clients dont le nombre ira croissant sur 10 ans. Ainsi, après la phase expérimentale en 2017-2018 dans une partie de Douala, le projet « Prépayé » est entré dans une phase pilote dense en 2019. Incitée par sa stratégie de transformation technologique et son engagement pris auprès du gouvernement de vulgariser les compteurs intelligents, fort du retour d’expérience de la phase expérimentale, Eneo a densi?é le déploiement du « Prépayé » en installant, au 31 décembre 2019, un peu plus de 20 000 compteurs prépayés. 


Read also : Allocation de résilience de la Banque mondiale : le Cameroun en quête d’éligibilité

Mais avec cette transformation en cours, le courant ne passe pas forcément bien entre l’opérateur et tous ses clients. Alors que certains apprécient l’initiative qui leur « facilite la vie et permet de mieux contrôler leur consommation afin de ne payer que le juste prix », des voix s’élèvent également contre cette nouveauté. « Ma consommation est instable depuis que mon bailleur a fait installer le compteur prépayé. Je n’arrive plus à consommer moins de 100 Kilowatts par mois et ma facture oscille désormais entre 12000 F et 15000 F, contre 5000 F environ avant », se plaint Bernang N. résident à Yaoundé. Pour  Sandrine Mayoka, une mère de famille, c’est la rapidité avec laquelle le forfait s’épuise qui pose problème. « Lorsque je charge 5000 F, ce qui équivaut à 100 Kw, ça finit en deux ou trois jours », affirme-t-elle. Bonjour donc les réclamations et les contentieux à gérer, parfois de manière houleuse…


Read also : Association des « bayam-sellam » : un congrès extraordinaire annoncé

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category