RCA : un ex-chef de guerre à la CPI

Mahamat Saïd Abdel Kani a été remis dimanche dernier par les autorités centrafricaines.

Dimanche dernier, la République centrafricaine (RCA) a remis Mahamat Said Abdel Kani, ancien chef d’un groupe armé, à la Cour pénale internationale (CPI), à la suite d'un mandat d'arrêt de cette institution, délivré le 7 janvier 2019. Le mis en cause est accusé de crimes de guerre, crimes contre l’humanité, persécution, tortures, disparitions forcées, etc. à Bangui en 2013. Il a été arrêté mercredi dernier, à Bria, sa ville natale, dans l’Est de la Centrafrique.
Détenu quelques jours au camp de Roux à Bangui, Mahamat Saïd Abdel Kani est le premier ex-Seleka (une coalition de groupes armés principalement composée de musulmans opposés à l'ancien président François Bozizé)  à être remis à la CPI. Il va rejoindre en prison à La Haye, deux autres acteurs de la crise centrafricaine de 2013, qui sévissaient dans le camp opposé : les deux anciens chefs anti-Balaka (milices chrétiens favorables à Bozizé), Edgard Ngaïssona et Alfred Yakatom, dont le procès doit s’ouvrir devant la CPI le 9 février prochain. 
Un communiqué de la CPI renseigne que « lors de la délivrance du mandat d'arrêt, le juge unique de la Chambre préliminaire II, Rosario Salvatore Aitala, a estimé qu'il existait des « motifs raisonnables de croire que, de mars 2013 au moins jusqu'à janvier 2014, une attaque généralisée et systématique a été menée par des membres de la Seleka contre la population civile et les personnes perçues co...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category