Axe Dschang-Douala : horreur sur la route

La collision spectaculaire survenue hier matin à la falaise de Santchou, dans la Menoua, entre un bus gros porteur et un camion de marque Mercedes a fait 53 morts et 29 blessés dans un état critique.

A l’un des virages de la falaise de Santchou sur l’axe Dschang-Douala hier, mercredi 27 janvier 2021, une équipe de sapeurs-pompiers s’active à éteindre les flammes qui jaillissent de deux véhicules impliqués dans un accident survenu aux premières heures de cette journée fatidique. Ces soldats du feu sont aidés par quelques éléments des différents corps des forces de maintien de l’ordre et des civils volontaires. Sur place, ils puisent de l’eau d’une source qui coule à proximité, et grâce à un travail à la chaîne, ils parviennent à vaincre les flammes. Avec la même patience, ils vont mettre leur savoir-faire à l’œuvre, pour redresser les véhicules amortis par le choc et en sortir des victimes.
Les dépouilles, toutes calcinées, sont recouvertes de draps blancs. De nombreuses familles éplorées ont accouru sur les lieux immédiatement après l’accident. Selon les informations transmises par le gouverneur de la région de l’Ouest, Augustine Awa Fonka, le drame découle « d’une collision entre un bus gros porteur de 70 places immatriculé LT 954 IX, de la société Menoua voyages, provenant de Douala à destination de Dschang, et une camionnette 10 roues de marque Mercedes (LT 485 CN), qui roulait dans la direction Dschang-Santchou, en sens inverse. Le bilan fait état de 53 morts et 29 blessés ». Les victimes ont été prises au piège d’un feu qui s’est répandu sur plusieurs mètres, orchestrant sur son passage, d’autres dégâts matériels. Le feu a été accentué par le carburant frelaté, qui se trouvait à bord du camion. Un produit de contrebande qu’il transportait depuis l’arrondissement de Magba, département du Noun.
Le gouverneur de la région de l’Ouest a rendu visite aux blessés qui se trouvent à l’Hôpital de district de Dschang (23 patients) et à l’Hôpital régional de Bafoussam (sept blessés graves). Le patron de la région s’y est entretenu avec Pierre Aimé Kana (52 ans), le chauffeur du bus. Selon ce dernier, il a essayé de se rabattre pour éviter le camion qui descendait la colline à vive allure et du mauvais côté, et n’a rien pu faire face au choc qui l’a trouvé bien bloqué à l’angle. Tout s’est déroulé vers 3h30. Le camion qui roulait à vive allure, selon le premier rapport de l’enquête, a subi le contre coup du brouillard et de ses freins défectueux. Actuellement, ce sont des familles éplorées, inconsolables qui s’évertuent à identifier leurs proches calcinés par l’accident de ce mercredi noir. Un drame qui sera difficile à oublier.
   

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category