Nucléaire iranien : Téhéran appelle à une médiation européenne

L’Iran souhaite que Bruxelles pèse de tout son poids pour ramener les Etats-Unis à la table des négociations de l’accord qu’ils ont délibérément quitté en 2018.

Après trois années de brouille entre Américains et Iraniens, suite au retrait des Etats-Unis de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien, Téhéran tente de se rapprocher de Washington pour une reprise des négociations sur ce dossier sensible. Le ministre iranien des Affaires étrangères a invité lundi l’Union européenne (UE) à jouer la médiatrice auprès du gouvernement américain pour une reprise des négociations. Au cours d’un entretien sur la chaîne CNN International, Mohammad Javad Zarif a déclaré que Joseph Borrell, chef de la diplomatie européenne, peut « mettre sa casquette de coordinateur de la Commission conjointe » de suivi de l’accord 2015 et « chorégraphier les mesures qui doivent être prises par les Etats-Unis et celles qui doivent être prises par l’Iran ». 
Signé le 14 juillet 2015 à Vienne en Autriche par l’Iran en compagnie des Etats-Unis, de la Chine, de la Russie, de la France, de l’Allemagne, du Royaume-Uni ainsi que de l’Union européenne, cet accord avait pour but d’empêcher à Téhéran de se doter de la bombe atomique avec des restrictions à son programme nucléaire censé demeurer exclusivement civil et pacifique. En retour, la communauté internationale avait décidé de lever toutes les sanctions économiques contre la République islamique d’Iran. Malheureusement, en 2018 les Etats-Unis ont claqué la porte, rétabli et durci les sanctions contre l’Iran. Le président Donald Trump avait estimé l’accord insuffisant sur le front nucléaire et arguait que celui-ci ne s’attaque pas au programme de missiles balistiques iraniens ainsi qu’à ses activités déstabilisatrices. 
Côté européen, l’on tient à rassurer sur la volonté de l’UE de convaincre Washington à retourner au sein de l’accord. « L’UE tente de trouver les moyens pour que les Etats-Unis reviennent dans l’accord et pour que l’Iran respecte à nouveau pleinement ses engagements », souligne la Commission européenne. Côté américain, Antony Blinken, nouveau secrétaire d’Etat américain, a estimé qu’il faut « un certain temps » pour que les « Etats-Unis évaluent si l’Iran a bien tenu ses engagements ». 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category