Matériaux de construction : le Minmidt s’assure de la qualité

Gabriel Dodo Ndoke a visité hier trois structures productrices de matériaux de construction.

Les pouvoirs publics veulent limiter les importations des matériaux de construction tels que le fer à béton, les pointes, les tubes, les brouettes et autres. Le ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique (Minmidt), Gabriel Dodo Ndoke, a visité ce jeudi 4 février 2021 trois structures locales spécialisées dans la production et la commercialisation desdits matériaux. Objectif, s’assurer que la production locale peut satisfaire la demande.


Read also : South West: 57 Penitentiary Staff Gain Higher Ranks

A cet effet, le Minmidt était aux Aciéries du Cameroun, à Métafrique et à Prometal, dans la zone industrielle de Bassa. « Nous sommes à Douala pour évaluer les unités industrielles de production métallurgique. Nous avons eu l’occasion de toucher du doigt ce qui est fait ici, pour constater que tout va bien. C’est une filière porteuse avec une capacité installée appréciable, une production visible et des produits qui occupent notre marché local autant en quantité qu’en qualité, c’est une satisfaction », va-t-il déclarer.


Read also : Emballages plastiques : le recyclage s’organise

Cela dit, le Minmidt a écouté des promoteurs faire état de difficultés, difficultés qui vont être examinées au niveau du gouvernement pour favoriser un retour sur investissement. « Nous nous ferons le devoir d’encourager les productions locales, de discipliner le commerce extérieur afin de permettre à la production locale de se développer », a indiqué le ministre Dodo Ndoke.


Read also : Diplomatie : le Consul de Suisse reçoit l’exequatur

La visite à Douala a également été l’occasion de constater que la capacité installée des différentes unités industrielles de cette filière est assez importante, d’où sa ferme conviction que l’offre locale peut être assurée en qualité et en quantité. Bien plus, il faut travailler pour accroitre cette capacité, rendre les produits plus performants, tout en respectant les normes de qualité, afin que notre marché ne soit pas inondé de produits extérieurs. A Métafrique par exemple, la production annuelle est de 60.000 tonnes, et celle des Aciéries est de 250.000 tonnes/an, tous produits confondus.


Read also : Subventions de l’enseignement privé : du bon usage des fonds publics

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category