Pladoyer : pourquoi le bilinguisme est un atout

Une semaine d’activités placée sous le signe du vivre ensemble à côté clôturée vendredi à Yaoundé, par le ministre des Enseignements secondaires.

Les prestations des élèves venus de différents lycées et collèges du pays à Yaoundé lors de la clôture de la Semaine nationale du bilinguisme vendredi dernier à Yaoundé ont amusé plus d’un. L’événement présidé par le ministre des Enseignements secondaires (Minesec), Pr. Pauline Nalova Lyonga, a mis en exergue les différents malentendus et quiproquos causés par un bilinguisme approximatif. La mini-pièce de théâtre jouée par les élèves a montré l’importance du bilinguisme dans la vie quotidienne tandis que le sketch d’une élève du lycée bilingue d’Edéa a dénoncé les conséquences qu’entraine la consommation de la drogue et de l’alcool dans le milieu éducatif. « La violence, les meurtres, la dégradation de l’état de santé mental et physique des élèves, sont de plus en plus enregistrés dans nos écoles à cause de la consommation des stupéfiants, entraînant ainsi la désolation. Chers amis, il est temps de tourner le dos à ces ennemis du progrès », a-t-elle martelé.


Read also : Interview: “There Is No Risk At Any Level”

En outre, les élèves ont davantage fait preuve d’imagination en présentant des poèmes et danses encourageant l’usage du français et de l’anglais, ainsi que le vivre ensemble.  Placées sous le thème « Le bilinguisme, outil pour une éducation résiliente inclusive de qualité », les festivités ont donné place à plusieurs activités dans les établissements scolaires et dans plusieurs ministères du pays. Au ministère de l’Agriculture et du Développement rural, l’événement a été célébré sous le thème « Opérationnalisation du bilinguisme du Minader : gage d’un accès équitable à l’information agricole ». À l’occasion, le chef de ce département ministériel, Gabriel Mbairobe, a fait savoir que « le chef de l’Etat a instruit que dans les administrations publiques, tous les usagers soient servis indifféremment en anglais ou en français. Toutes les notes internes doivent être rédigées dans les deux langues officielles pour permettre un accès équitable à l’information. La pratique du bilinguisme est un devoir citoyen pour chacun d’entre nous. Raison pour laquelle nous avons réuni nos collègues aujourd’hui pour que les francophones s’expriment en anglais et les anglophones en français ». 


Read also : Nécrologie: Jean-Vespa est mort

Dans la même veine, le secrétaire général du ministère des Enseignements secondaires, Pr. Fabien Nkot a ajouté que la pratique du bilinguisme instaurée par le chef de l’Etat ne doit pas seulement se limiter aux établissements bilingues, elle doit être pratiquée dans toutes les institutions.  


Read also : Gestion des corps: Avec restrictions

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category