Zones humides : plaidoyer pour une protection durable

Le ministre de l’Environnement, de la Protection de la nature et du Développement durable a présidé hier, à Yaoundé, la commémoration de la journée mondiale consacrée à ces espaces.

La plaine d’inondation de Waza-Logone, le lac Barombi Mbo, la partie camerounaise du fleuve Sangha, la partie camerounaise du Lac Tchad, la partie camerounaise du fleuve Ntem, l’estuaire du Rio del Rey et la zone humide d’Ebogo. Telles sont les sept zones humides camerounaises reconnues comme sites Ramsar, c’est-à-dire zones humides d’importance internationale. Hélé Pierre, ministre de l’Environnement, de la Protection de la nature et du Développement durable (Minepded) en compagnie de son homologue Jules Doret Ndongo, des Forêts et de la Faune (Minfof), a présidé hier à Yaoundé, la commémoration de la journée mondiale des zones humides. 


Read also : Autoroute Yaoundé-Douala : on prépare le raccordement à la Nationale n°3

Le ministre Hélé Pierre a rappelé les motifs qui ont milité en faveur de l’adhésion du Cameroun en 2006 à la convention de Ramsar. Entre autres avantages, l’accès aux outils et mécanismes de sauvegarde des ressources vitales des zones humides, à l’expertise et aux opportunités de formation ; ils bénéficient aussi des actions de solidarité et de coopération régionales. « Les zones humides jouent différents rôles importants pour la vie. Le fait de savoir que l’eau est au centre des zones humides, signifie qu’elles sont très importantes et nous avons intérêt à les connaitre et à les protéger », a déclaré le Minepdep. Les zones humides sont également pourvoyeuses de ressources en eau pour le bétail, l’irrigation des cultures, l’hydroélectricité pour la lumière et l’écotourisme. « Au Cameroun nous avons 8,3% de nos zones qui sont consacrées aux zones humaines. En termes de bilan, sur le plan international, il y a 2400 sites Ramsar qui ont été inscrits. Au niveau national, en plus des sept zones déjà inscrites, six autres sont en cours d’inscription. Il s’agit du parc national de Ma Mbed Mbed dans l’Extrême-Nord ; le bas Sanaga vers l’estuaire ; la plaine inondée du Nyong dans le Centre ; le lac Ossa dans le Littoral ; le bassin versant du Nkam-Wouri dans le Littoral et la zone humide de Batoke-Bakinguile dans le Sud-Ouest. Pour Barthélémy Ndongo, point focal Ramsar, la protection des eaux est un impératif qui s’impose à tous étant donné le rôle vital que joue l’eau dans la vie humaine. 


Read also : Corridors routiers d’Afrique centrale : il y a du potentiel

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category