Situation en Centrafrique : un émissaire de Bangui au Palais de l’Unité

Le président de la République, Paul Biya s’est entretenu mercredi dernier avec Sylvie Baïpo-Temon, ministre des Affaires étrangères et des Centrafricains de l’Etranger et envoyée spéciale du président Faustin-Archange Touadera.

L’agenda du président de la République était fort chargé mercredi dernier. Alors qu’il s’apprêtait à s’adresser à ses jeunes compatriotes à l’occasion de la 55e édition de la Fête qui leur est consacrée, Paul Biya a aménagé du temps pour accorder, en milieu d’après-midi, une audience à la ministre des Affaires étrangères et des Centrafricains de l’Etranger, dépêchée à Yaoundé par son homologue Faustin-Archange Touadera. C’est peu après 15h que la ministre centrafricaine est arrivée au Palais de l’Unité. 


Read also : Energie : la main tendue au secteur privé

Après avoir sacrifié au dispositif anti-Covid-19 l’hôte est successivement accueillie par le chef du protocole d’Etat, Simon-Pierre Bikele et par le ministre directeur du Cabinet civil, Samuel Mvondo Ayolo. Elle est conduite par la suite au troisième étage de la tour où se trouvent les bureaux présidentiels. L’entretien entre le président de la République et la ministre centrafricaine se déroule à huis clos. Au sortir de soixante minutes d’entrevue, Sylvie Baïpo-Temon a indiqué à la presse qu’elle était « porteuse à la fois du message et de la voix du président centrafricain à son frère et homologue camerounais ». Dans l’échange avec les médias, l’envoyée spéciale de Bangui soulignera qu’avec le président Paul Biya, elle a fait le point de la situation qui prévaut actuellement en Rca. « Notre pays fait face à de nombreuses attaques et des tentatives de déstabilisation. La situation de la Rca est une menace pour toute la sous-région, en particulier le Cameroun, pays avec lequel nous entretenons d’excellentes relations ». L’émissaire du président Faustin-Archange Touadera mettra surtout l’accent sur les échanges commerciaux entre les deux pays à travers le « vital corridor Douala-Ndjamena » qui est sérieusement perturbé aujourd’hui à cause de la crise sécuritaire en Centrafrique. « Il était donc de bon ton que le président Touadera présente la situation à son frère et homologue camerounais », fait-elle savoir. Le chef de l’Etat centrafricain voudrait surtout « briefer » son homologue camerounais, présenté comme le sage africain, sur les nouvelles initiatives de médiation et de résolution de la crise qui secoue son pays. La Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac) et la Conférence internationale sur la Région des Grands Lacs (Cirgl) ont décidé de se mettre ensemble pour tenter de faire asseoir les « frères ennemis centrafricains » autour d’une table afin de ramener la paix dans ce pays ». 


Read also : Paul Biya en Europe

L’initiative de la Cirgl est portée par le président angolais Joao Lourenço. Après la réunion du 29 janvier 2021, un mini-sommet consacré la crise centrafricaine est prévu se tenir le 2 mars 2021 dans la capitale angolaise. Tous ces scénarii de sortie de crise ont été présentés au chef de l’Etat camerounais.  « Les initiatives sous-régionales nécessitent que l’ensemble des Etats membres soit impliqué et soit au même niveau d’information. Le président Touadera souhaite voir participer l’ensemble des parties prenantes et les Etats membres dont le Cameroun », conclut-elle.


Read also : Cameroun – Congo : les adieux de l’ambassadeur au chef de l’Etat

L’émissaire de Bangui a également exprimé la gratitude de son pays à l’Etat camerounais pour le soutien qu’il lui apporte dans le cadre des opérations de maintien de la paix des Nations unies.


Read also : Cameroon- Congo : Exemplary Fraternal Cooperation

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category