Présidentielle au Niger : le week-end de vérité

Les deux finalistes Mohammed Bazoum et Mahamane Ousmane s’affrontent dimanche dans le cadre du second tour.

La campagne électorale en vue du second tour de l’élection présidentielle au Niger prévue dimanche s’achève ce soir à minuit, heure locale. Mohammed Bazoum et Mahamane Ousmane, les deux candidats en lice, vont profiter des quelques heures que leur accorde le Code électoral pour tenter de convaincre quelques indécis et abattre leurs dernières cartes. Lors du premier tour le 27 décembre dernier, le premier, candidat du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS, au pouvoir), était arrivé largement en tête avec 39,30 % des voix. Alors que le second, ancien président de la République (1993-1996) et candidat de la Convention démocratique et sociale (CDS), arrivait en deuxième position avec16,98 % des suffrages. Soit un écart de plus de 1,57 millions de voix. 
Au cours des deux dernières semaines de campagne, les deux protagonistes et leurs soutiens respectifs sont allés à l’assaut des 7,4 millions d’électeurs disséminés à travers les huit régions du pays. A l’occasion, la tension est montée dans les deux camps avec parfois des discours aux relents identitaires. « Notre campagne est en train de développer des arguments, de mon point de vue, que nous ne connaissons pas, des arguments liés aux villages, à l’ethnie. Nous pensons que c’est très bas. Et nous n’entendons pas de leaders politiques sortir pour dénoncer ces pratiques », a surtout déploré Mohamed Al Mansour, enseignant à l'université de Niamey. 
Entre les deux tours, Mohammed Bazoum et Mahamane Ousmane ont réussi chacun à nouer des alliances avec certains candidats malheureux. Le premier a obtenu le ralliement de Seini Oumarou et Albadé Abouba, arrivés respectivement troisième avec 8,95% et quatrième avec 7,07% des voix.  Le candidat du parti au pouvoir a promis à ces deux cadres du parti de l’ancien président Mamadou Tandja, en cas de victoire dimanche, le poste de président de l’Assemblée nationale et d’importants portefeuilles au sein de son prochain gouvernement. Mahamane Ousmane qui espère créer la surprise au second tour, a réussi, quant à lui, à rallier depuis le début de la campagne électorale à sa cause l’ancien Premier ministre et président du parti Modem Fa Lumana, Hama Amadou. Il devra également compter sur le soutien de Kiishin Kassa, arrivé en cinquième position avec 5,38% des suffrages. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category