Congo : une deuxième raffinerie en chantier

Les travaux lancés le 21 février 2021 par le président, Denis Sassou Nguesso.

La pose de la première pierre de la deuxième raffinerie du Congo-Brazzaville s’est déroulée le 21 février dernier à Fouta, une localité près de Pointe-Noire. Elle a été faite par le président Denis Sassou-Nguesso. L’ouvrage aura une capacité annuelle de 2,5 millions de tonnes. Il est financé par le groupe chinois Beijing Fortune Dingheng Investment co.Ltd


Read also : Covid-19 Vaccine : G7 Members Pledges Extra Funding

La raffinerie atlantique pétrochimie sera construite sur 240 hectares. C’est le fruit d’une convention d’investissement conclue en 2020 entre le gouvernement congolais et le groupe chinois. Le montant du contrat est de 300 milliards de F (600 millions de dollars) d’après une source crédible. « La raffinerie produira du carburant automobile et d’aviation, du gaz de pétrole liquéfié, des lubrifiants, du bitume, du pétrole lampant, a expliqué le ministre des Hydrocarbures, Jean-Marc Thystère Tchicaya


Read also : Algeria : President Dissolves Parliament

La première raffinerie du Congo, la Congolaise de raffinage, aujourd’hui vieille de 39 ans ans, est fonctionnelle depuis 1982 et ne satisfait que 70% des besoins. Elle ne tourne plus à plein régime pour cause de vétusté des installations. Elle est aujourd’hui incapable de répondre aux besoins du pays estimés à 1,2 millions de tonnes par an. Il était difficile de trouver du pétrole lampant dans les stations-service à Brazzaville. Certaines stations ont même supprimé les pompes de livraison de ce produit. Le projet pourra non seulement couvrir la demande nationale, mais aussi faire du Congo, un exportateur de produits raffinés. La raffinerie atlantique pétrochimie sera opérationnelle en 2023.


Read also : South Sudan : The Path To Reconstruction

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category