Lutte contre le discours haineux : la Commission Musonge repart au front

Au cours d’une conférence de presse vendredi dernier à Yaoundé, elle a annoncé le lancement d’une campagne de sensibilisation de trois mois contre ce fléau.

L’espace public reste infesté par un grand mal. De violents mots qui heurtent et salissent. Le discours de haine et les publications xénophobes dans les médias et les réseaux sociaux sont à la une. Le fléau gagne du terrain. La Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme (CNPBM) ne peut donc pas le laisser prospérer. Au cours d’une conférence de presse vendredi dernier à Yaoundé, Peter Mafany Musonge a présenté le plan de bataille. En effet, la CNPBM lancera dans les prochains jours pour trois mois, une nouvelle campagne nationale de communication contre le discours de haine et la xénophobie au Cameroun.


Read also : Union des populations du Cameroun: Un congrès national en vue

Cette mesure intervient à la suite d’une prescription faite par le président de la République, Paul Biya. Le chef de l’Etat a instruit la Commission Musonge d’accentuer la sensibilisation contre ce fléau. Dans son propos liminaire, Peter Mafany Musonge a indiqué que « le discours de haine et la xénophobie fragilisent l’unité nationale, le vivre ensemble, la cohésion sociale, l’intégration nationale, la paix durable et la stabilité sociale ». Ces fléaux qui ne s’accommodent pas de la tolérance, de l’inclusion et de la diversité multiforme, ferment de l’unité et de la fierté nationale. « Les difficultés au quotidien, les revendications, aussi pertinentes et légitimes soient-elles, ne sauraient autoriser le recours à ces pratiques qui affectent négativement les rapports intercommunautaires », a insisté le président de la CNPBM.


Read also : North West: Peace-Building Prioritised

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category