Transformation agricole : le Minader vante la digitalisation

Vendredi dernier, Gabriel Mbaïrobe a expliqué cette vision de la politique agricole nationale depuis Garoua, en prélude à l’Africa Agri Forum prévu en avril prochain à Yaoundé.

Vendredi dernier à Garoua, le domicile du ministre de l’Agriculture et du Développement rural (Minader), Gabriel Mbairobe, a été transformé le temps d’une journée en une salle de visioconférence, pour l’évènement Africa Agri Forum prévu à Yaoundé les 5 et 6 avril prochain. La table ronde virtuelle mettait en scène plusieurs, outre le Minader, plusieurs experts et partenaire de Forum. Notamment Josefa Leonel, Sacko, commissaire à l’Union africaine chargée de l’agriculture, du développement durable et de l’économie bleue ; Loïse Tamalgo, Vice-président de Huawei Afrique du Nord chargé des relations publiques, Moulay Lahcen Ennahli, l’Office chérifien du phosphate of Africa. 


Read also : Approvisionnement en poulet: Le Brésil en renfort

L’Africa Agri Forum étant une plateforme d’échanges et de débats oeuvrant pour un secteur agricole solide et durable capable d’opérer sa transformation, assurer la sécurité alimentaire et réduire la pauvreté, cette visioconférence a permis à chaque participant de présenter ses potentialités et ses actions dans ce sens. Selon Gabriel Mbairobé, le Cameroun est engagé dans un projet d’accélération de la numérisation de son agriculture.  «La digitalisation peut apporter une augmentation de la productivité dans l’agriculture et pourra aussi améliorer les conditions de travail en créant des emplois dans l’agriculture. C’est ainsi que nous avons des kits météo dans les postes agricoles qui permettent d’anticiper sur certaines catastrophes », a-t-il laissé entendre.  


Read also : Elaboration du budget 2021: Le conseil régional se forme

Pour le ministre, cette digitalisation est utilisée aussi pour mettre en place une cartographie de la pédologie des sols au Cameroun, afin de voir quelle culture est appropriée et quelle fertilisation utiliser pour ces cultures par bassins de production. En collaboration avec Camtel, le Minader a mis en place un portail numérique qui s’appelle Camagro afin de mettre en relation les producteurs et les acheteurs. Ce portail permet de savoir pour chaque bassin la disponibilité en matières agricoles.  « Et nous avons même la prétention d’arriver à créer une bourse des matières premières agricoles au Cameroun », annoncé le ministre. Par ailleurs, cette digitalisation permet de créer des emplois avec des start-up qui utilisent des drones non seulement pour une surveillance phytosanitaire et phytopathologique des plantations, mais pour estimer les surfaces arables et cultivables. Des technologies et innovations que les partenaires attendus à Yaoundé dans un mois pourraient accompagner pour un rendement optimal.


Read also : Hydrocarbures, Télécommunications, Electricité …: Un forum pour améliorer la régulation

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category