Diplomatie : le Consul de Suisse reçoit l’exequatur

Antoine Ndzengue installé hier, place son action sous le signe de la relance.

« Nous comptons placer notre action sous l’angle de la relance ». Propos d’Antoine Ndzengue, nouveau consul honoraire de la Confédération suisse à Douala. Le diplomate s’exprimait ainsi devant la presse hier, 11 mars, peu après avoir reçu l’exequatur des mains du gouverneur de la région du Littoral, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua – lors d’une cérémonie organisée dans ses services à Bonanjo.


Read also : South West: 57 Penitentiary Staff Gain Higher Ranks

Le nouveau consul honoraire, 47 ans, ingénieur, acteur du secteur pétrolier, semble conscient de la tâche : « Le consulat honoraire de Suisse à Douala a connu une période d’hibernation. Pendant quelques années, on n’a pas eu une activité tel qu’on l’aurait souhaité », a-t-il souligné. Il est donc question, à partir d’une nouvelle stratégie, d’organiser un redéploiement. « Nous allons lancer la machine, prendre le relais de tout ce qui s’est fait avant, parce que nous ne sommes pas non plus sur une terre vierge. Il y a eu des choses de faites avant moi, nous allons les reprendre là où elles se sont arrêtées et nous allons les améliorer », a promis Antoine Ndzengue.


Read also : Emballages plastiques : le recyclage s’organise

Entre autres, il sera question de relancer les relations économiques entre la Suisse et le Cameroun. « Nous allons essayer d’être ce lien qui va rapprocher l’économie camerounaise et l’investisseur suisse », a encore déclaré le nouveau consul honoraire.


Read also : Subventions de l’enseignement privé : du bon usage des fonds publics

Antoine Ndzengue, diplômé de l’université de Ngaoundéré et de l’université de Douala, a développé, de ses propres termes, « une relation forte au plan professionnel avec la Suisse ». Sa désignation par les autorités helvétiques comme consul honoraire date du 30 avril 2020, et l’exequatur y relatif a été signé par le chef de l’Etat Paul Biya le 28 octobre suivant. En lui remettant le document hier, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua a rappelé au promu la nécessité d’exercer conformément à la Convention de Vienne (24 avril 1963), qui recommande respect mutuel et courtoisie, et le respect des lois et règlements du pays accréditaire.


Read also : Feux de brousse : des hectares de plantation calcinés

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category