Emballages plastiques : le recyclage s’organise

Le maire de Douala a visité vendredi dernier, un projet initié par des étudiants d’une école d’architecture de Paris.

C’est sur le drain du Kondi, au lieu-dit « montée Saint Thomas » à Logbaba (Douala III), que la recyclerie sera installée. La structure, pensée par des étudiants français, sera dédiée à la récupération, au tri et au recyclage des déchets. Le projet comprend un aménagement paysager dans lequel on retrouvera des plantes dépolluantes. C’est d’ailleurs par cet aménagement paysager que le maire de la ville, Dr Roger Mbassa Ndinè, a débuté la visite du chantier vendredi. A ses côtés, le maire de la commune de Douala III, Valentin Epoupa Bossambo, un des partenaires du projet.


Read also : South West: 57 Penitentiary Staff Gain Higher Ranks

Les premiers arbres plantés donnent fière allure au drain à ce niveau, à la grande satisfaction des riverains. « Nous avons aménagé les bords d’une rive en disposant des plantes basses à proximité de l’eau. De l’autre côté, on a fait un remodelage de talus en y insérant des plantes plus hautes pour créer des lieux d’ombrage afin que les gens puissent passer du bon temps sur ces endroits », a indiqué Noémie Cassereau, présidente de l’association « Fabrique collective ».


Read also : Diplomatie : le Consul de Suisse reçoit l’exequatur

Quant à la recyclerie proprement dite, le chantier qui en est à sa première phase évolue normalement. Il s’agit d’un bâtiment en planches construit au-dessus du drain sur le Kondi. Il est réalisé par les étudiants d’une école d’architecture française, en collaboration avec des associations locales. Il sera équipé d’un dispositif permettant de collecter les déchets plastiques charriés par les eaux de pluie.


Read also : Subventions de l’enseignement privé : du bon usage des fonds publics

S’adressant aux populations riveraines, Dr Roger Mbassa Ndinè les a exhortées à s’approprier ce projet salutaire qui va contribuer à la lutte contre les inondations. « C’est un ouvrage qui est fait pour vous, pour vous permettre d’échapper aux inondations d’une part et pour permettre aux jeunes qui vont y travailler d’avoir un nouveau métier, d’autre part. Encore faut-il que vous preniez cet ouvrage en main et que vous contribuiez à sa pérennité », a-t-il insisté.


Read also : Feux de brousse : des hectares de plantation calcinés

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category