Des avancées notables

L’intégration sous régionale a enregistré des progrès remarquables ces dernières années.

Ceux-ci se sont particulièrement signalés dans l’édification progressive d’un marché commun à travers l’harmonisation en cours des textes sectoriels des Etats membres, la définition des politiques communes dans divers secteurs de l’économie, la promotion du commerce, de l’industrie, de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, la coopération universitaire ainsi que la libre circulation des personnes et des biens.

En ce qui concerne la libre circulation des personnes et des biens, le président congolais, Denis Sassou Nguesso, a inauguré en 2020 le tronçon Sembé-Souanké-Ntam. Tandis qu’au Cameroun, les travaux de l’axe routier Sangmélima-Djoum-Mintom-Ntam avancent. Ces différents travaux ont notamment vocation à relier le Port de Pointe Noire du Congo Brazzaville au Port autonome de Douala au Cameroun, en passant par les villes congolaises de Brazzaville et Ouesso et la ville de Sangmélima au Cameroun. Ils visent aussi à désenclaver les bassins agricoles et miniers des localités du Sud et de l’Est du Cameroun ainsi que les localités congolaises de la région de la Sangha située à plus de 800 kilomètres au Nord de Brazzaville, la capitale congolaise.

On se souvient également qu’en juillet 2019, dans la capitale économique camerounaise Douala, une concertation a évalué les projets intégrateurs de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC). Il a été question d’accélérer le processus d’intégration physique et commerciale de cette zone, pour en faire un espace économique émergent où règnent la sécurité, la solidarité et la bonne gouvernance au service du développement humain à l’horizon 2025.

 Les responsables de la sécurité n’ont pas attendu la rencontre de Douala pour prendre leurs responsabilités...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category