Interview: « Le congrès interviendra en temps opportun »

Jean Nkueté, Secrétaire général du Comité Central du RDPC.

Le Cameroun vient de traverser trois années d’affilée de rendez-vous électoraux (Sénatoriales, présidentielle, législatives et municipales, et régionales) donnant le RDPC vainqueur à chaque fois. A quoi va-t-on s’occuper maintenant au RDPC ?

 

Telle qu’elle est formulée, votre question pourrait laisser penser que la préparation des élections constitue l’objectif exclusif du Rassemblement démocratique du peuple camerounais. Ce qui n’est évidemment pas le cas, vous vous en doutez bien, si vous gardez en mémoire le grand discours du président national, Son Excellence Paul Biya, au troisième congrès extraordinaire du parti, dans lequel il indiquait précisément que « le RDPC n’est pas et ne saurait être une simple machine électorale ». N’oubliez pas que nous sommes le parti majoritaire au pouvoir. C’est une position que nous devons à la volonté de la grande majorité du peuple camerounais souverain qui nous a librement et démocratiquement consenti sa confiance, sans discontinuité, depuis l’élection du président de la République jusqu’à la première édition récente des élections des conseillers régionaux, en passant par les élections des députés, des conseillers municipaux et des sénateurs.  Conséquemment, le RDPC est activement présent au sein des institutions de l’appareil d’Etat où il joue pleinement le rôle qui est le sien, avec pour objectif principal l’avancement de la réalisation du programme politique du président de la République en vue de l’émergence de notre pays et l’amélioration des conditions de vie de nos compatriotes.  Mais également, surtout au cours des dernières années, la consolidation de la paix et de l’unité nationale, dans son autre rôle essentiel de bras politique et partant de bras de la paix du président de la République, président national du RDPC.

Evidemment, nous exerçons notre leadership en ayant le souci de ne jamais trahir la confiance du peuple. Le RDPC assume donc toujours ses responsabilités dans l’intérêt de notre pays et de nos compatriotes.  En ce sens, il impulse et il imprime des dynamiques ; il initie des réflexions ; il participe à l’animation du débat public ; il contribue à la mobilisation des ressources humaines ; il concourt à la promotion de l’image du Cameroun ; il accompagne le gouvernement en lui apportant les soutiens nécessaires ; il relève les écarts quand il le faut et il formule des propositions.

Nous agissons plus souvent de manière discrète et informelle, en étroite collaboration avec les autres institutions politiques et d’Etat, et particulièrement en concertation permanente avec les militants et les populations sur l’ensemble du territoire national, l’objectif étant de renforcer leur bonne compréhension des situations auxquelles ils sont confrontés pour qu’ils les endossent plus aisément.

En somme, le RDPC s’emploie constamment à la construction du Cameroun un, uni, indivisible et apaisé, en vue du bien-être de nos compatriotes conformément au projet du président de la République.

Ce que je veux vous dire en un mot, c’est qu’il n’y a pas de répit pour le RDPC. Nous sommes en mouvement sur tous les fronts. Et nous sommes en mesure et même en droit d’affirmer que nos actions contribuent largement au renforcement de l’unité nationale, à la consolidation de la paix et à la préservation de l’intégrité du territoire national. Faut-il rappeler, à titre d’illustration, que notre formation politique est la seule à avoir défié les démons de la partition du Cameroun en présentant, ces dernières années, des candidats dans toutes les circonscriptions électorales du pays à chaque élection, lorsque certains voulaient laisser croire que des pans du territoire national étaient en rupture avec la République ?  C’est la même dynamique du RDPC qui nous a permis, vous vous en souvenez probablement, de neutraliser et d’étouffer les velléités d’indépendance d’un supposé « Etat ambazonien » le 1er octobre 2017, grâce à une impressionnante mobilisation des militantes et des militants dans tout le pays.

Tout en renforçant notre vigilance sur les champs que je viens d’évoquer, nous nous déployons également dans la lutte contre la pandémie liée au coronavirus, sans oublier la recherche des solutions pour la croissance économique, la lutte contre le chômage des jeunes et la mise en œuvre harmonieuse du SND30 en vue de l’émergence en 2035. Naturellement, nous n’oublions pas nos propres activités internes d’animation, d’encadrement, de formation et de redéploiement. Comme vous pouvez le constater, notre position de parti majoritaire au pouvoir et de parti leader sur l’échiquier national n’est pas de tout repos.

 

Le 03 novembre 2016, des résolutions du Bureau politique ont prorogé les mandats des instances dirigeantes du RDPC (président national, Comité central, Bureau politique, Bureaux nationaux de l’OFRDPC et de l’OJRDPC…) jusqu’à la tenue du prochain congrès. La tenue de cette instance du RDPC est-elle envisagée dans les mois à venir ?

 

Je vous sais gré de rappeler que le 3 novembre 2016, le Bureau politique du parti, convoqué par le président national, Son Excellence Paul Biya, et réuni sous sa présidence effective, a pris des résolutions portant sur la prorogation du mandat du Président National ; la prorogation des mandats des membres du Bureau Politique, du Comité Central et des membres Bureaux nationaux de l’OFRDC et de l’OJRDPC ; la prorogation de la période du congrès. Il est important de le souligner, pour bien montrer que le parti fonctionne dans le strict respect de ses statuts qui sont, malheureusement, peu ou mal connus de celles et de ceux qui en parlent le plus, y compris dans nos propres rangs. Les décisions qui ont été prises par le Bureau Politique, en parfaite conformité avec nos Statuts, procèdent de l’efficacité, de l’efficience et du pragmatisme qui guident notre action. Nous sommes le premier parti politique au Cameroun. Nous sommes un grand parti politique, un parti politique responsable et en responsabilité, qui s’attèle à la réalisation des programmes qu’il a défendus pour gagner la confiance du peuple camerounais. Les orientations définies lors du dernier congrès ordinaire, telles que reprécisées par les éminents membres du Bureau politique, sont toujours d’actualité. Leur mise en œuvre est au cœur de nos préoccupations du moment. Vous comprenez donc que la survenance du congrès ne relève ni d’une contrainte calendaire, ni d’un absolu catégorique. Il interviendra en temps opportun et, croyez-moi, il sera organisé dans de bonnes conditions.

Les dernières opérations de renouvellement des organes de base ont eu lieu en 2015. Au niveau des structures concernées, on a désormais le regard tourné vers les instances de décision. Vous commencerez plutôt par la préparation de votre sommier politique. Pourquoi cette option ?

Je vous indiqué il y a un instant que le parti fonctionne dans le strict respect de ses statuts. C’est exactement le cas pour les opérations que vous évoquez.

Qu’en est-il concrètement ?

Il s’agit d’un processus devant aboutir aux élections des Bureaux des organes de base, plus connues sous l’appellation de « renouvellement des organes de base ».  Ces élections interviennent tous les cinq ans, sauf prorogation par les instances dirigeantes du parti, et constituent l’étape finale d’un processus en trois temps.

Suivant les instructions du président national, nous venons d’amorcer la validation des sommiers politiques, première phase du processus, afin d’améliorer la carte officielle de nos organes de base : cellules, comités de base et sous-sections, dans toutes les sections à l’intérieur et à l’étranger. La mise à jour des sommiers politiques qui a toujours précédé le renouvellement des bureaux des organes de base s’effectuera jusqu’au 13 avril 2021.

Le deuxième temps du processus relatif à la constitution des listes des effectifs du parti par organe de base et par unité politique est concomitant à la validation des sommiers politiques, de telle sorte que le 13 avril 2021, nous disposions d’un fichier politique complet et réadapté de nos militants, de la cellule à la section. Ce n’est qu’à l’issue des deux premières opérations que le président national décidera de la période et des modalités des élections pour le renouvellement des bureaux des organes de base. Vous pouvez être assurés qu’en leur temps, ces élections marqueront l’histoire de la pratique démocratique au sein de notre formation politique. Comme vous pouvez le constater, il n’y a aucune inversion du processus. Les événements s’articulent dans l’ordre chronologique des dispositions des textes de base, rigoureusement et méthodiquement. Et, nous l’espérons, dans la discipline et dans la sérénité.

Que viseront ces opérations de renouvellement dans un contexte où les prochaines élections paraissent encore lointaines ?

J’ai relevé plus haut, en citant le président national, Son Excellence Paul Biya, que le RDPC n’est pas une simple machine électorale. Notre parti a été créé pour porter, défendre et faire prévaloir une vision du Cameroun autour des valeurs de paix, d’unité, d’intégration nationale, de démocratie, de progrès, de travail, de liberté, de justice. Nous recherchons l’affirmation de l’identité multiculturelle du Cameroun dans un contexte universel qui défie et renie les spécificités au profit d’une difficile voire d’une improbable uniformité du monde. Notre ambition et notre projet sont ceux de l’avènement d’un milieu camerounais propice à l’épanouissement et à l’accomplissement de l’humain, toujours plus solidaire, davantage ouvert sur lui-même et sur les autres. Dans cette perspective, le RDPC vit au quotidien. Il est présent sur différents fronts de la lutte que notre pays mène tous les jours pour exister tel qu’en lui-même, selon les aspirations du peuple profond.

Par-delà la vision, nous préconisons des chemins pour atteindre nos objectifs. Si nous prenons l’exemple de la paix que tout le monde prétend rechercher pour notre pays, nous prônons son avènement par des voies pacifiques et non par la violence ou par la guerre.  Un adage bien connu dit : « Si tu veux la paix prépare la guerre ». Eh bien, au RDPC, nous disons plutôt : « Si tu veux la paix, prépare la paix ». Laissez-moi vous dire que cette option n’est malheureusement pas partagée par tous ceux qui prétendent vouloir œuvrer pour le développement de notre pays.

Dès lors, en tant que parti politique leader, nous devons intensifier la formation citoyenne de nos compatriotes pour une prise de conscience sur les valeurs qui porteront le Cameroun éternel, tel qu’il ressort du projet politique du président Paul Biya. Nous y contribuons fondamentalement par le biais de nos organes de base qui sont placés au plus près de nos compatriotes. Grâce au nouveau souffle et aux énergies nouvelles dont il est de plus en plus porteur, le renouvellement des bureaux des organes de base aidera certainement à l’amélioration de l’animation du Parti au niveau local et à la formation citoyenne des populations.

Alors oui, le renouvellement des Organes de Base est extrêmement important dans la perspective de la réalisation des objectifs que nous poursuivons, surtout dans un contexte où la désinformation et la manipulation des esprits ne cessent de s’amplifier.

Si nous pouvions en tirer par ailleurs des retombées électorales bénéfiques, nous n’y verrions aucun mal, croyez-moi.

Dans son message à la Jeunesse, le président de la République, président national du RDPC a parlé de transition générationnelle dans la gestion des affaires du pays. Comment cela est-il perçu dans le RDPC et comment le parti prépare sa jeunesse à cela ?

 

Nous devons tout d’abord rendre un vibrant hommage, un hommage mérité au président de la République, Son Excellence Paul Biya, qui a beaucoup œuvré pour la responsabilisation des jeunes et des femmes dans toutes les institutions de la République. On ne le dit pas assez, mais aujourd’hui, vous observerez, s’agissant plus particulièrement des jeunes, qu’ils occupent, dans les administrations publiques, la majorité des postes névralgiques où s’élaborent les décisions (chefs de services, directeurs, secrétaires généraux, etc.). N’oublions pas non plus que les aînés d’aujourd’hui sont des jeunes que le président de la République a promus hier.

La transition générationnelle est donc une préoccupation constante du chef de l’Etat et naturellement, en sa qualité de président national du RDPC, il y veille au sein du parti. Dans cet esprit, nous pratiquons une cohabitation générationnelle saine et harmonieuse qui permet aux plus jeunes d’apprendre de leurs aînés et de se préparer sereinement aux responsabilités politiques, de même que les aînés profitent de l’enthousiasme, de l’énergie et de la vivacité d’esprit de leurs cadets.

C’est ainsi que le RDPC se réinvente chaque jour pour être toujours en phase avec son temps. Il se saisit de l’audace et de la perspicacité des plus jeunes pour les associer à la pondération et à l’expérience des seniors. Cette excellente conciliation contribue à bâtir un parti toujours plus solide et maître de son destin.

Au demeurant, au sein du RDPC, la problématique de la transition générationnelle est intimement liée à celles, aussi pertinentes que préoccupantes, de la promotion du genre, des personnes frappées d’un handicap et des minorités. Le RDPC récuse toute forme d’exclusion et avec le président national, en droite ligne de la Nouvelle dynamique qui inspire notre action depuis le 3e congrès ordinaire, nous sommes persuadés que pour rester au sommet, notre parti doit continuer à évoluer en se montrant toujours plus engagé dans la concrétisation de la transition générationnelle et dans la prise en compte des différentes catégories humaines, sociales et sociologiques.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category