Tuberculose pédiatrique: Plus de 1000 enfants touchés

Ils sont âgés de 0 à 14 ans. Les services de santé tirent la sonnette d’alarme à l’occasion de la journée mondiale, le 24 mars.

Victorine N. arrive toute agitée au Centre de diagnostic et de traitement de la tuberculose à l’Hôpital Jamot de Yaoundé. Il est 10h ce 16 mars 2021. La nouvelle maman vient consulter les résultats d’analyses de son bébé de six mois. Toute apeurée, la trentenaire se dirige vers l’infirmier principal. « J’ai découvert qu’un membre de ma famille, très proche de mon fils depuis sa naissance, souffre de tuberculose. De peur que mon enfant ne contracte la maladie, je l’ai fait dépister le plus tôt possible », explique Victorine N. La maman reçoit des mains du major l’enveloppe venue quelques heures plutôt du Centre Pasteur de Yaoundé. Le test du crachat induit est négatif. Le bébé de Victorine n’est certes pas atteint de tuberculose, mais reste exposé. Le nouveau-né est mis sous un traitement préventif pour six mois. Pressée de retourner allaiter son petit, la maman est conviée à passer deux jours plus tard récupérer gratuitement des comprimés dispersibles à l’Isoniazide.


Read also : Réseau parlementaire pour la diaspora : le siège est là

Jordan S. lui, peut aussi poursuivre son traitement à la maison. Hospitalisé depuis le 3 mars, l’écolier de 6 ans retrouve enfin ses proches après deux semaines en soins intensifs. « Le patient avait du mal à respirer à son arrivée. Le médecin a prescrit une radio du thorax. Laquelle a démontré que l’enfant était victime d’un épanchement pleural », précise Julien Lema, major du Centre de diagnostic et de traitement de la tuberculose à l’Hôpital Jamot. Après avoir été en contact avec un cas contagieux, Jordan S. a contracté la tuberculose, soldée d’une accumulation anormale de liquide entre les poumons et le thorax. Fièvre intermittente, perte de poids, gonflement du cou et difficultés respiratoires attirent l’attention de ses parents. Interné à l’Hôpital Jamot dès sa première consultation, le gamin a entamé le traitement antituberculeux pour six mois. « Nous avons démarré par la phase intensive chargée de Rifampicine, Isoniazide, Pyrazimide et Ethambutol », précise Julien Lema. Deux mois plus tard, Jordan S. poursuivra avec le relais, composé de Rifampicine et d’Isoniazide.   


Read also : Improving Child Literacy: Nascent Solutions Offers Over 100,000 Books To Three Regions

Le bébé de Victorine N. et Jordan S. ne sont pas les premiers cas de tuberculose enregistrés à l’Hôpital Jamot. 61 victimes ont été internées l’an dernier. Ceux-ci s’ajoutent aux 208 cas de tuberculose pédiatrique enregistrés la même année dans tous les centres de diagnostics et de traitement de Yaoundé. Le Programme national de lutte contre la tuberculose parle alors de 1172 cas en 2020, soit 5,1% des 22 000 malades que compte en tout le Cameroun. « Nous avons suivi des victimes de méningites tuberculeuses, de tuberculose osseuse vertébrale ou de mal de port. Et les traitements des cas compliqués comme ceux-là sont allés jusqu’à 12 mois de traitement », explique l’infirmier principal. Des formes complexes susceptibles d’être détectées et soignées à temps grâce aux diagnostics précoces. Occasion ce 24 mars pour le personnel de santé de sensibiliser le public sur les conséquences néfastes de ce tueur silencieux. 


Read also : 5e anniversaire du CHRACERH : l’hommage au couple présidentiel

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category