Lybie: Des forces étrangères indésirables

Le gouvernement unifié libyen et la Communautéinternationale exigent le retrait de l’ensemble des mercenaires et militaires étrangers actifs dans le pays

Moins de deux semaines aprèsson  investiture  le  15  marsdernier,  le  gouvernementd’union libyen veut déjà im-primer sa marque. Au cours d’une confé-rence  de  presse  conjointe  donnée  le25 mars dernier en compagnie de seshomologues français, allemand et italien,le  ministre  libyen  des  Affaires  étran-gères, Najal  al-Mangoush  a manifestéle  désir  de  voir  les  forces  étrangèresquitter le pays. « Nous réitérons la né-cessité du départ de tous les mercenairesde Libye et de façon immédiate », a-t-ildéclaré. Pour le gouvernement de tran-sition  libyen,  l’organisation  pacifiquede  l’élection  présidentielle  et  des  lé-gislatives  libres  et  inclusives  en  dé-cembre prochain passe nécessairementpar  le  retrait  préalable  de  ces  forces.Une position soutenue par le ministrefrançais des Affaires étrangères, Jean-Yves  Le  Drian  pour  qui  ce  retrait  est « essentiel  pour  que l’Etat  affirme  sasouveraineté ». « Lors de nos contactsavec les autorités libyennes, nous avonstransmis  un  message  simple  :  l'Unioneuropéenne  est  aux  côtés  du  nouvelexécutif  pour  l'aider  à  poursuivre  latransition  démocratique  qu'attend  lepeuple  libyen.  La  Libye  pourra  enfintourner  la  page  de  ces  trop  longuesannées de crise qui ont divisé le payset durement éprouvé sa population (…)La stabilité de la Libye est une des clésde la stabilité du Sahel, de l'Afrique duNord et de la Méditerranée », a-t-il sou-ligné.De son côté, la nouvelle administrationaméricaine se dit également favorableau retrait des forces étrangères de cepays déchiré par une décennie de guerre.« Conformément à l’accord de cessez-le-feu d’octobre, nous demandons à laTurquie et à la Russie d’entamer immé-diatement le retrait de leurs forces dupays ainsi que des mercenaires étrangerset  des  substituts  militaires,  qu’ils  ontrecrutés, financés, déployés et soutenusen Libye », a souligné Richard Mills, re-présentant  des Etats-Unis  auprès desNations unies au cours d’une visiocon-férence du Conseil de sécurité organiséele  28  janvier  dernier.  Dans  un  récentrapport du Conseil  de sécurité,  l’Orga-nisation des Nations  unies a évalué à20 000 le nombre de militaires et mer-cenaires en activité en Libye. Le secré-taire général de l’ONU, Antonio Guterres,se  dit  «  profondément  préoccupé  parles informations sur une présence per-sistante d'éléments étrangers dans etautour de Syrte et dans le centre de laLibye ». Le 15 décembre 2020, le Conseilde sécurité des Nations unies avait denouveau réclamé le départ de la Libyedes  combattants  étrangers,  «  confor-mément  à  l’accord  de  cessez-le-feuconclu  par les  parties  libyennes  le 23octobre dernier, aux engagements desparticipants à la Conférence  de Berlinet aux résolutions pertinentes du Conseilde sécurité de l’ONU »

Read also : Médias : la crédibilité de l’information en question

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category