Non-respect des mesures barrières: Des acteurs politiques inaudibles

Au moment où l’on enregistre une recrudescence de la pandémie due au non-respect persistant des mesures barrières, les leaders d’opinion ne se font pas spécialement entendre.

La situation de la pandémie du coronavirus au Cameroun, si elle n’est pas encore alarmante, ne peut néanmoins pas manquer d’attirer l’attention des acteurs sociaux sur la mobilisation contre cette maladie. Pour la seule semaine dernière, les statistiques rendues publiques lors de la réunion d’évaluation de la stratégie de riposte gouvernementale, présidée par le Premier ministre, chef du gouvernement, révélait que le Cameroun a enregistré en une semaine, 77 décès du fait de la pandémie. Alors que l’occupation des lits dans les structures de soins appropriés est passée de 14 à 16% et les cas dits asymptomatiques sont plus nombreux que ceux chroniques et sévères.

Read also : Médias : la crédibilité de l’information en question

Une situation épidémiologique qui, depuis quelques semaines, ne manque pas de susciter la réaction des acteurs sociaux autour des pouvoirs publics qui ne cessent d’appeler les populations au respect des mesures barrières édictées pour faire face à la maladie. C’est ainsi que l’on a pu observer la sortie, le week-end dernier, des différents ordres médico-sanitaires qui sont montés au créneau pour appeler les populations au strict respect des gestes barrières, tout en se prononçant favorablement pour la vaccination contre la pandémie. Au moment où le gouvernement vient une fois encore, de sonner la mobilisation pour le respect des mesures barrières, l’on s’interroge sur le rôle de certains acteurs dans cette lutte, à l’instar de ceux du monde politique.

Read also : Oil Transportation : New Quay Goes Operational

Profitant sans doute de ce qu’aucune activité politique majeure n’est prévue cette année, ceux-ci se sont mués dans un inquiétant silence, lorsque l’on sait qu’on se serait attendu à ce qu’ils de leur « proximité » avec les populations pour joindre leurs voix à la sensibilisation sur la nécessité du respect des mesures de lutte contre le Covid-19. Dans un environnement où de nombreux Camerounais tendent à se comporter comme si la période difficile de la pandémie était passée. Alors que « d’aucuns continuent de croire que le Covid-19 est une pure invention, ou n’existe que sous d’autres cieux », comme le regrettait le Premier ministre, chef du gouvernement dans sa déclaration spéciale du 5 mars 2021. La remobilisation des populations est importante aujourd’hui. Celle-ci ne peut pas être du seul ressort des pouvoirs publics. Les acteurs politiques (partis politiques, élus…) peuvent également très bien jouer ce rôle de reliance sociale. L’on constate malheureusement qu’ils sont en retrait de la bataille qui est actuellement menée. Si les regroupements de plus de cinquante personnes sont aujourd’hui interdits, d’autres voies de mobilisation existent qui peuvent permettre de faire passer le message. La structuration actuelle de la plupart des partis politiques actifs sur la scène camerounaise leur permet en effet de disposer des éléments nécessaires pour toucher le maximum de personnes, tout en évitant les grands rassemblements. Les élus et autres acteurs politiques descendent régulièrement sur le terrain où ils peuvent procéder à la nécessaire mobilisation.

Read also : Animation politique : les médias à la rescousse

Leur apport serait même également important au moment où, alors que le gouvernement étudie les différentes options pour introduire la vaccination et réduire les risques liés à la maladie, une certaine opinion semble réticente à cette option. Les acteurs politiques, parce qu’ils côtoient au quotidien les populations, peuvent trouver les mots justes pour leur expliquer le bien-fondé de la campagne qui est envisagée et qui doit permettre de renforcer l’immunité collective. Car, de l’avis des spécialistes, même si le vaccin n’assure par une protection à 100%, il permet d’éviter les formes graves de la maladie. L’expérience de l’utilisation du vaccin dans des pays comme Israël, où la vie est en train de reprendre son cours normal peut servir.

Read also : Conseil d’administration : Blaise Moussa aux commandes

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category