Secteur agropastoral: Les sillons de la numérisation

Il se tient depuis lundi dernier à Yaoundé un séminaire à l’initiative du ministère des Postes et Télécommunications pour un échange avec les différentes parties.

Le développement du Cameroun passera par l’agriculture. Si on y rajoute un peu de numérique, le résultat sera davantage profitable au pays. C’est dans cette logique que se tient, depuis lundi dernier, à Yaoundé un séminaire public organisé conjointement par les ministères en charge des télécommunications, de l’agriculture, des Pêches et industries animales, de l’économie ainsi que la Banque mondiale. Il est question de consulter les différentes parties sur le projet d’accélération de la transformation numérique du Cameroun en sa composante 3, précisément l’agriculture basée sur les données. Le but ici est de faciliter l’implémentation dans le secteur agricole, des solutions numériques axées sur les données. Ce qui aidera le Cameroun dans la mise en œuvre de stratégies de diversification de ses offres numériques et dans la stimulation de l'innovation dans ce secteur économique stratégique. «Les Tic sont un élément multiplicateur pour booster tout ce qu’on fait. Avec la Banque mondiale, nous avons identifié le secteur agricole qui est un secteur à fort potentiel. Donc il suffit d’ajouter les Tics pour accroître le rendement. Cette composante fait partir de ce projet d’accélération de la transformation digitale du Cameroun », a expliqué Minette Libom Li Likeng. Reste attendue, la validation du montant de financement par la Banque mondiale

D’après le Minpostel, le séminaire lancé lundi dernier et qui réunit, en plus des ministères sectoriels, le secteur privé, a pour objectif de justifier le choix du secteur agricole comme secteur important du développement de l’économie numérique au Cameroun; souligner l’importance des solutions numériques axées sur les données dans le domaine de l’agriculture au Cameroun  et échanger avec les différentes parties prenantes du projet en vue d’une collaboration adéquate.

De manière plus pratique, le numérique dans l’agriculture va permettre entre autres la rentabilité économique, le confort des agriculteurs et la protection de l’environnement, mais aussi la capacité à maîtriser l’énorme défi des données. « La numérisation du secteur agricole va favoriser l’accès aux informations qui vont permettre aux agriculteurs de pouvoir produire de manière optimale », a expliqué Kenji Winfred Mfuh du Minpostel. De l’avis de l’inspecteur, ces informations sont très importantes dans la chaîne de valeur de production. Il y aura aussi les tests de fertilité qui vont donner aux agriculteurs des informations sur la production et les types de cultures à adopter. Les zones rurales où les agriculteurs n’ont pas accès aux Tics seront également touchées. Dans leurs mots de circonstance, les responsables du Minader et du Minepia ont loué cette initiative qui va participer à de meilleurs résultats dans leurs secteurs respectifs. Les concertations s’achèvent ce jour.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category