Pme et artisanat: L’expérience indienne à capitaliser

Les bases de cette coopération ont été jetées mercredi dernier au cours d’une audience entre le ministre Achille Bassilekin III et le diplomate Rakesh Malhotra.

Le ministre des Petites et moyennes entreprises, de l’Economie sociale et de l’Artisanat (Minpmeesa) a reçu mercredi 31 mars 2021, le Haut-commissaire de l’Inde au Cameroun. Rakesh Malhotra et Achille Bassilekin III ont naturellement parlé des axes de coopération dans le sous-secteur des Pmeesa. Il s’agit entre autres de l’amélioration de la compétitivité des Pme, acteurs de l’économie sociale et artisans ;  la promotion de l’éducation entrepreneuriale, le renforcement des capacités des centres artisanaux, l’ouverture des centres d’incubation, etc. « Il existe tout un ministère en Inde qui est dédié à la micro et petite et moyenne entreprise et qui dispose de tout un ensemble de programmes de formation qui permettent de dynamiser l’écosystème entrepreneurial en Inde. Il se nourrit de la créativité de ces micro et moyennes entreprises qui sont à la pointe aujourd’hui en terme d’innovation », a indiqué Achille Bassilekin III.


Read also : Autoroute Yaoundé-Douala : on prépare le raccordement à la Nationale n°3

C’est dans cette optique qu’une feuille de route a été  convenue pour capitaliser l’expérience indienne. Il sera aussi question de renforcer les exportations en matière artisanale. « J’ai invité le haut-commissaire à visiter le centre international de l’artisanat de Yaoundé pour se faire une idée du niveau dans lequel on évolue en termes d’artisanat d’art et de production. On va organiser très rapidement une réunion virtuelle avec les responsables de ce centre basé à New Delhi, certains responsables et des associations d’artisans », a rajouté Achille Bassilekin III. Le diplomate indien pour sa part a apprécié cette prise de contact, mais aussi la qualité des échanges. « En Inde, on attache beaucoup d’importance aux Pme parce que ce sont des acteurs majeurs de l’économie. Ils créent des emplois », a affirmé Rakesh Malhotra. Un échange d’expérience pourra également se faire avec les jeunes de ces pays qui pourront étudier en Inde et vice-versa.


Read also : Corridors routiers d’Afrique centrale : il y a du potentiel

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category