Pêche maritime et continentale: 34 maîtres pêcheurs mis en eau

Ils ont reçu leurs dossiers des mains du ministre Taïga, jeudi dernier à Kribi.

Le Cameroun se dote de 34 nouveaux maîtres pêcheurs. La cérémonie de leur mise en eau a eu lieu le 1er avril 2021 à Kribi. Présidée par le ministre de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales (Minepia), Dr. Taïga, qui avait à ses côtés l’ambassadeur de France au Cameroun, Christophe Guilhou, cette cérémonie était aussi une occasion pour les nouveaux maîtres pêcheurs de recevoir chacun son dossier de pêche au grand complet : permis de pêche, certificat de navigation et certificat d’immatriculation.


Read also : Autoroute Yaoundé-Douala : on prépare le raccordement à la Nationale n°3

Formés dans le cadre du Programme d’appui à la rénovation et au développement de la formation professionnelle dans les secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche – phase de consolidation et de pérennisation (PCP-AFOP), ces jeunes maîtres pécheurs bénéficient d’un capital de départ de cinq millions de F par binôme. Un financement de l’Agence française de Développement. Les 34 jeunes gens, issus de trois centres de pêche à savoir Débundscha dans la région du Sud-Ouest, Bonamatoumbè dans le Littoral et Londji dans le Sud, sont donc des produits de la deuxième promotion du programme PCP-AFOP. D’après le coordonnateur national dudit programme, Pierre Blaise Ango, les maîtres pêcheurs mis en eau la semaine dernière, sont prêts à relever les défis auxquels ils feront face. « Ils maîtrisent la pêche maritime et la pêche continentale », apprend-on.


Read also : Corridors routiers d’Afrique centrale : il y a du potentiel

Depuis quelques années, le secteur des pêches fait face à de nombreuses contraintes. On note entre autres le vieillissement des pêcheurs, la faible qualification des acteurs camerounais en concurrence sur les plans d’eau avec des pêcheurs étrangers plus qualifiés. Le sang neuf qui vient donc d’être injecté dans le secteur a donc pour mission de développer une pêche responsable et durable, booster la production halieutique, consolider l’autosuffisance et la sécurité alimentaires et surtout, créer des emplois. Depuis une dizaine d’années, le secteur de l’agriculture, l’élevage et de la pêche a bénéficié de la part du gouvernement français d’une enveloppe de 59 milliards de F. Et en partenariat avec l’Etat du Cameroun, 15 000 jeunes ont déjà été formés. 


Read also : Electricité : des perspectives pour la Turquie

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category