Test Covid-19: Le concours de patience

Il faut parfois des jours à certains pour se faire tester et pour obtenir leurs résultats à cause du nombre réduit de personnes acceptées au quotidien par les équipes de dépistage et pour obtenir leurs résultats.

C’est à l’angle droit de l’esplanade de la mairie de Yaoundé VI, que l’Hôpital de district de Biyem-Assi a installé ses quartiers pour les dépistages de Covid-19, depuis quelques mois. Hier 8h30, une longue file d’attente attire l’attention. Hommes, femmes et enfants, paperasse en main sont agglutinés non loin de la tente installée à l’occasion. Quelques minutes après, une autre bande de jeunes rejoint la foule. Au moment de s’aligner, ils sont tout de suite interpellés par un homme qui supervise l’activité. Après quelques minutes d’échanges avec lui, la bande quitte les lieux. « On nous explique qu’ici, on reçoit 100 personnes par jour. La liste est déjà pleine. Il faut être là le matin de bonne heure pour avoir la chance d’être parmi les personnes à tester », explique l’un d’eux. Marguerite Owona, 45 ans, a la chance d’être parmi les premières personnes.


Read also : Interview: “There Is No Risk At Any Level”

C’est le cœur en joie qu’elle raconte son parcours. « C’est la première fois que je passe par cette épreuve. Je ne savais même pas où me rendre pour me faire dépister. J’ai perdu ma sœur la semaine dernière des suites de Covid-19, c’est moi qui étais son garde-malade. C’est lorsqu’elle est morte qu’on a su de quoi elle souffrait. Je suis inquiète depuis lors à cause de mes problèmes cardiaques. C’est pourquoi j’aimerais savoir quel est mon état de santé pour pouvoir commencer à me soigner au cas où je suis testée positive », fait savoir la dame.


Read also : Nécrologie: Jean-Vespa est mort

Même ambiance au Palais polyvalent des sports. À 9h, une longue file s’est déjà formée, une liste de présence a même déjà été établie, mais l’équipe médicale n’est pas encore sur les lieux. Charlotte Agouand rencontrée sur place est à sa quatrième tentative. « C’est depuis la semaine dernière que je veux me faire dépister. Je viens d’être recrutée comme caissière dans un établissement de microfinance et ma hiérarchie exige de présenter les tests de Covid-19 avant de commencer le travail. J’ai commencé par Mvolyé. Je suis arrivée à 6h du matin, on ne recevait plus, car la liste était déjà arrêtée. On y reçoit 100 personnes par jour. Mon voisin m’a conseillé de me rendre au Palais polyvalent des sports. Je suis venue vendredi à 8h, la liste était déjà pleine. Ce lundi matin, je suis arrivée à 6h45 min, je suis la 45e personne. Je vais enfin me faire tester aujourd’hui », raconte notre interlocutrice. Pour plusieurs, effectuer le test Covid-19 est un parcours du combattant. D’abord parce que les centres agréés ne sont pas connus par tous et lesdits centres n’acceptent pas plus de 100 personnes à dépister par jour.


Read also : Gestion des corps: Avec restrictions

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category