Union des populations du Cameroun: Un congrès national en vue

A travers ce grand forum qui intégrera tous les mouvements de jeunes et de femmes d’obédience upéciste, le parti veut se relancer. Ce sera du 11au 13 septembre 2021.

L’Union des populations du Cameroun (UPC) veut se refaire politiquement tout en s’adaptant aux problématiques de l’heure, à l’instar de la décentralisation et de la démocratisation du pays. Ce qui lui de mieux occuper le terrain. En effet, le parti du crabe organisera les 11, 12 et 13 septembre 2021, un congrès national d’ouverture, a annoncé le secrétaire général de l’UPC. Mais pourquoi d’ouverture ? Il s’agit d’une sorte de réorganisation interne qui, d’après Pierre Baleguel Nkot, permettra au parti d’intégrer « tous les mouvements d’obédience upéciste et de rassemblement des jeunes et femmes nationalistes ». Le parti profitera également de ce grand forum pour réorientater sa ligne politique. Par-là, il faut entendre, la redéfinition de la nature de ses rapports avec les autres formations politiques. Ceci, conformément aux « principes d’union voulus par les pères fondateurs ». Autant d’armes qui aideront ce parti déchiqueté et affaibli lors des dernières élections législatives et municipales par de multiples querelles internes, à mieux préparer les échéances électorales futures. 


Read also : Cameroon-Australia : High Commissioner Hands Accreditation Letters

Cet élan mobilisateur et fédérateur était déjà perceptible au terme du double scrutin de février 2020. Une consultation électorale au bout de laquelle l’UPC était sortie « complétement émiettée, discréditée et encore plus affaiblie », selon sa présidente, Habiba Issa. D’où son appel à l’union sacrée, lancé le 12 avril 2020, lors de la célébration du 72è anniversaire de ce parti nationaliste.  L’on se souvient en effet qu’au lendemain du contentieux préélectoral lié à ces élections, le Conseil constitutionnel avait annulé la plupart des listes présentées par l’Union des populations du Cameroun. Motif : les deux factions du parti (celle de Pierre Baleguel Nkot et de Robert Bapooh Lipot) avaient, chacune, présenté des listes sous le couvert de l’UPC. Toutes choses condamnées par la loi du 19 avril 2012 portant Code électoral.


Read also : Lutte contre l’insécurité : les armuriers rappelés à l’ordre

Concernant la révision des listes électorales, l’UPC s’implique également à travers la mobilisation de ses militants et des citoyens ordinaires. Le secrétaire général a fait savoir que des instructions avaient été données aux structures de base dans ce sens.


Read also : Ecole supérieure internationale de guerre : leçons contre les irrédentismes

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category