Vaccin contre le Covid-19: Les éclairages du gouvernement

Hier au cours d’une conférence de presse conjointe, le ministre de la Communication, René Emmanuel Sadi, et le ministre de la Santé publique, Manaouda Malachie, ont apporté des éclairages sur la campagne de vaccination lancée le 12 avril dernier,

Bien que présenté par la communauté scientifique mondiale comme l’un des moyens les plus sûrs contre le Covid-19, le vaccin suscite un certain scepticisme chez beaucoup de Camerounais. C’est pour rassurer les uns et les autres sur cette option de riposte contre le coronavirus prise par le gouvernement, que le ministre de la Communication (Mincom), René Emmanuel Sadi, et le ministre de la Santé publique (Minsanté), Manaouda Malachie, ont donné une conférence de presse conjointe hier à Yaoundé. Les échanges avec les hommes de médias ont permis d’aborder plusieurs questions autour desquelles subsistaient encore quelques zones d’ombre.

Pourquoi le vaccin ?

L’actualité de la Covid-19 montre une accélération de nouvelles contaminations et de décès au cours des derniers mois. D’après le bilan présenté par le Mincom, au 13 avril 2021, le pays avait déjà enregistré un total de 61 731 cas positifs et 919 décès. Ceci, dans un contexte où plusieurs variantes de coronavirus ont émergé. A travers le vaccin, il est question de réduire la pression de la pandémie sur les capacités du système de santé national, en protégeant la force de travail du secteur de la santé et en réduisant les formes graves et les décès.

Quels sont les vaccins disponibles ?

Lundi 12 avril dernier, le Cameroun a lancé la première phase de son Plan national de déploiement et de vaccination grâce à 200 000 doses de vaccin reçues de la Chine un jour plus tôt. En décembre 2020, le pays a également souscrit à la facilité Covax qui offre une garantie d’accès équitable aux vaccins contre le Covid-19. Dans ce cadre, 1,752 million de doses de vaccin AstraZeneca seront livrées avant la fin du mois de mai prochain. Suffisant pour couvrir jusqu’à 20% de la population. Une première livraison de 391 200 doses est annoncée pour ce 17 avril. Par ailleurs, « une commande de 4 millions de doses du vaccin Johnson and Johnson a été conclue le 7 avril 2021 entre le gouvernement et l’Union africaine », révèle le Minsanté. Des démarches sont en cours pour d’autres acquisitions.

Quelle fiabilité ?

L’option de la vaccination a reçu le quitus des instances scientifiques habilitées. Il s’agit ici du Conseil scientifique pour les urgences de santé publique et du Groupe technique consultatif national pour la vaccination.

Qui a la priorité du vaccin ?

Le vaccin concerne prioritairement le personnel de santé, y compris le personnel administratif et de soutien, ainsi que les agents de santé communautaire. Il s’impose aussi comme une urgence pour les personnes âgées de plus de 50 ans, les personnes ayant des comorbidités, les enseignants et les corps spéciaux tels que les forces de l’ordre et de sécurité. Pour le reste, même si le vaccin n’est pas obligatoire, il reste fortement recommandé.

Comment les vaccins sont acheminés ?

Habitué à ce genre d’exercices, le Programme élargi de vaccination (PEV) sera en première ligne. C’est lui qui est chargé d’acheminer le vaccin dans les dix régions. Pour un déploiement optimal, explique Manaouda Malachie, « 243 centres de vaccinations ont été sélectionnés sur l’ensemble du territoire parmi les formations sanitaires publiques et privées. Chaque district de santé est doté d’un centre de vaccination accrédité avec des équipes de vaccination fixes et mobiles ». Par ailleurs, des sites spéciaux sont aménagés dans les grandes villes telles que Yaoundé et Douala.

Comment s’opère le suivi des personnes vaccinées ?

Lorsque le vaccin est administré, un dispositif est mis en branle pour pouvoir suivre et notifier les effets secondaires post-vaccin. Le Minsanté dit avoir mis en place une cellule d’écoute et de veille qui répond au 1510. Celle-ci est appelée à recevoir les coups de fil pour tous ceux qui veulent avoir des informations sur le vaccin. De plus, sur le site du Minsanté, un onglet sur la notification des effets indésirables post-vaccin a été ouvert.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category