Musées: Zoom sur la conservation préventive

L’atelier organisé par l’Unesco à Douala s’est ouvert le 13 avril dernier en présence de cadres du ministère des Arts et de la Culture.

Au Cameroun, les musées sont confrontés au quotidien à des risques sécuritaires susceptibles de causer la perte du précieux héritage culturel qu’ils abritent. Il s’agit entre autres des catastrophes naturelles liées par exemple aux intempéries climatiques, des incendies ou des crises sécuritaires comme c’est le cas dans les régions du Nord-Ouest, du Sud-Ouest et les attaques de Boko Haram dans le Septentrion. Selon Mahamat Abamé, conservateur du musée de Goulfey (Logone-et-Chari, Extrême-Nord), une forte pluie a entraîné l’écroulement des murs du musée et a causé la dégradation du toit. Mahamat Abamé évoque également des cas de vol d’objets précieux du fait de l’insécurité du musée.


Read also : Promotion de la lecture : le plaidoyer de la CENE Littéraire

Dans la région du Nord-Ouest, des sites de sacrifices ont été désacralisés à Bafut du fait de la crise socio-politique ambiante. Certains ont été brûlés et d’autres jetés à la rue. Pour y faire face, les spécialistes préconisent la conservation préventive de l’héritage culturel. C’est là tout l’intérêt de l’atelier sur la conservation préventive des musées et des collections et l’aide d’urgence au patrimoine culturel en temps de crise ouvert au musée maritime de Douala ce 13 avril 2021. « Nous avons constaté que beaucoup de nos musées n’ont pas beaucoup de moyens. Mais il y a beaucoup de choses qui peuvent être faites même sans argent. C’est pour cela que nous parlons de la conservation préventive », a expliqué Pr. Raymond Asombang, ancien directeur du Musée national à Yaoundé, et modérateur de l’atelier.


Read also : Musique : X-Maleya chez le Minac

Les travaux organisés par l’Unesco entrent dans le cadre du projet « Evaluation d’urgence et interventions urgentes sur les sites du patrimoine culturel, musées et collections en péril dans les régions du Nord-Ouest, du Sud-Ouest et de l’Extrême-Nord du Cameroun ». Parlant des objectifs de l’atelier, la directrice du patrimoine culturel au ministère des Arts et de la Culture (Minac), Suzanne Pulchérie Nnomo Ela a soutenu qu’il est question de protéger les sites culturels et musées par rapport aux catastrophes qui peuvent survenir. « Il est facile pour nous de créer un musée mais on ne pense pas toujours aux catastrophes qui peuvent causer des dégâts. La raison d’être de cet atelier, c’est de donner les outils aux gestionnaires des sites et des musées pour pouvoir anticiper, prévenir et agir en cas de catastrophe », a-t-elle précisé.


Read also : Archives : l’incontournable mémoire

Lors de la phase pratique des travaux, les participants ont été formés à la manipulation des extincteurs d’incendies, ainsi qu’à l’usage des TIC dans le suivi et le monitoring des sites et musées, notamment le pilotage du drone qui peut permettre de faire une évaluation rapide et précise d’une situation donnée. Les travaux s’achèvent ce jour.


Read also : Journaux télévisés : le match du 20h

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category