On reparle du financement du secteur privé

C’est la trame de fond de la 3e session du Comité de pilotage du Dispositif d’appui à la compétitivité du Cameroun tenue le 16 avril dernier à Douala.

Réunis à Douala le 16 avril dernier, les membres du comité de pilotage, instance de concertation et de supervision du Dispositif d’appui à la compétitivité du Cameroun (Dacc), ont passé en revue le plan biennal 2021-2022 et son plan de travail pour 2021 ainsi que le budget correspondant. Le Copil s’est aussi penché sur l’état de mise en œuvre des facilités de financements à travers la Banque européenne d’investissement et à travers le Programme intégré de valorisation et de transformation des produits agricoles et agroalimentaires (Transfagri). La session était co-présidée par le ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire (Minepat), représenté par le Directeur général de l’Economie Isaac Tamba, et le groupement patronal Entreprises du Cameroun (Ecam), représenté par son président Protais Ayangma. L’Union européenne, qui finance le dispositif à hauteur de 6,5 milliards de F, prenait part aux travaux en tant qu’observateur.


Read also : Autoroute Yaoundé-Douala : on prépare le raccordement à la Nationale n°3

Isaac Tamba a souligné que cette 3e session du Copil du Dacc se tient dans un contexte de démarrage de la Stratégie nationale de développement 2020-2030, avec pour principal pilier, la transformation structurelle de l’économie camerounaise. « Il s’agit de porter le taux de croissance moyen de 4,5% pendant la période du Dsce à 8,5% en moyenne sur la période de 2020-2030 », a-t-il précisé. Parlant du financement des entreprises, Isaac Tamba a fait savoir qu’une partie du financement du Dacc a été affectée à la mobilisation de 16 milliards de F au profit des entreprises, des Pme et des très petites entreprises. Le deuxième aspect concerne la mise en place d’un financement de près de 300 millions de F dans le cadre du projet Transfagri, en partenariat avec l’Agence française de Développement pour le financement des initiatives portées par les jeunes et les femmes.


Read also : Corridors routiers d’Afrique centrale : il y a du potentiel

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category