« Le contexte a plutôt alerté la fibre patriotique de la jeunesse »

Dr. Didier Badjeck, géostratège, Directeur Cameroon Consulting and Prospective.

D'après les données du ministère de la Défense, l'on a enregistré près de 130 000 dossiers pour seulement 12 000 places dans les différents concours de recrutement aux métiers des armes. Qu'est-ce qui peut expliquer un tel engouement ?


Read also : Cameroon-Australia : High Commissioner Hands Accreditation Letters

Deux pistes qui se valent amplement peuvent expliquer un tel engouement, en contexte sécuritaire crisogène qui aurait plutôt contribué à refroidir les vocations. Dans un premier temps, il y a l’accès à un emploi stable qui ne subit pas l’instabilité contractuelle du privé. Nous sommes dans l’anticipation d’une carrière qui se concrétise dans l’identification à un groupe professionnel. Dès lors qu’il est fait abstraction des choix par défaut, l’engagement professionnel ne peut seulement pas être réduit à un arbitrage économique. Le contexte sécuritaire agit alors en double détente, une qui dissuade de choisir la carrière des armes parce que comportant d’énormes risques, et l’autre plus motivante, qui plaide à soutenir les valeurs de la défense de la Nation en tant qu’acteur. Un candidat qui obéit à ce phénotype couve déjà les ferments de patriotisme, de la dignité du service de la Nation qui va dorénavant requérir toute sa disponibilité, exigeant de lui engagement, loyauté et neutralité. La vocation se consolide au fil de l’actualité proche des actions militaires et d’une communication qui poursuit des enjeux d’adhésion.


Read also : Lutte contre l’insécurité : les armuriers rappelés à l’ordre

Le Cameroun fait toujours face aux menaces au plan sécuritaire. On aurait pu penser que cela décourage les jeunes. Cette forte mobilisation peut-elle être perçue comme un message de soutien sans faille de la nation à l'armée ?


Read also : Ecole supérieure internationale de guerre : leçons contre les irrédentismes

Il est utile de creuser davantage le diptyque Armée-Nation. Ce diptyque est le concept fondamental et granitique d’une armée professionnelle, c’est-à-dire, une armée qui investit tous ses efforts pour se donner les moyens de maintenir l’intégrité territoriale et la protection des personnes et des biens, prête à se sacrifier pour la Nation. L’Armée arrive à incarner auprès des jeunes, un modèle de rectitude, d’engagement et de patriotisme et consacre ses acteurs au rang des hommes d’honneur. Grâce aux TIC, la Nation chaque jour, prend acte du patriotisme des soldats qui sacrifient leur vie pour la restauration de la paix, et de la préservation de l’intégrité territoriale. Aussi, les actions civilo-militaires permettent-elles d’étayer la véritable contribution de l’armée au quotidien des populations. Le Cameroun traverse depuis six ans déjà, un climat sécuritaire fébrile. Des militaires sont tombés sur le champ d’honneur. Et loin de susciter des craintes, leur sacrifice est une émulation pour la jeunesse dont les plus téméraires voudront s’engager dans la suite de ce combat inlassable qui est celui de la liberté et de l’indépendance. Comme vous l’avez constaté, le contexte actuel a plutôt alerté et consolidé la fibre patriotique de la jeunesse qui est l’ADN du berceau de nos ancêtres. 


Read also : Communauté urbaine-communes de Yaoundé : inutiles batailles

Cet effectif élevé crée une forte pression dans la sélection des promus et la formation. Selon vous, quels doivent en être les maîtres mots, alors que le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense dénonçait dans un communiqué des pratiques de parrainage aux fins de favoritisme ?


Read also : Cohabitation : les points d’achoppement

Le recrutement que je sache, doit se dérouler dans une ambiance sereine, d’équité et de justice pour tous. Il se déroule au niveau de tous les chefs-lieux de région ce qui lui confère un caractère national. La pression est grande et c’est fort légitimement que le ministre Délégué à la Présidence chargé de la Défense a produit un communiqué suffisamment clair pour laisser le processus de recrutement se dérouler sur les principes d’équité, et pour que les meilleurs sur les plans physique, moral, et intellectuel soient recrutés. Je peux témoigner que la pression est en effet grande, même nous qui sommes à la retraite sommes sujets, certes à un niveau moindre peut-être, aux velléités d’une approche très courtisane. Les enjeux et défis du monde contemporain sont très complexes et la régularité d’un recrutement, sévère en ses exigences, est la garantie du format d’une armée qui fera face aux missions régaliennes qui l’interpellent. Ensuite, quand ceci est dit, il faut abandonner l’imagerie populaire qui aurait tendance à croire que l’armée recrute tous les parias de la société, les oisifs ou les tire-au flanc.


Read also : Attributions : qui fait quoi ?

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category