Salon international de l’artisanat : la préparation a commencé

Le ministre en charge des Pme et de l’artisanat a reçu hier à Yaoundé l’ambassadeur du Sénégal au Cameroun, Khare Diouf.

Il se tiendra d’ici la fin de l’année ou au moment de la Coupe d’Afrique des nations mais il faut déjà s’assurer que le Salon international de l’artisanat du Cameroun (Siarc), placé sous le très haut parrainage du président de la République Paul Biya sera une réussite. Hier donc le ministre des Petites et moyennes entreprises, de l’Economie sociale et de l’Artisanat (Minpmeesa) a reçu l’ambassadeur du Sénégal au Cameroun, Khare Diouf. Ce pays qui dispose d’un réel potentiel en matière artisanale notamment la transformation du cuir, la bijouterie, est en effet l’invité d’honneur de la 7e édition du Siarc. « Depuis plus d’un an, nous sommes en train de préparer ensemble le Siarc. C’est dans cet esprit que je me suis entretenu avec le ministre et ses collaborateurs sur le niveau de préparation. La détermination reste pour que cet événement puisse se tenir et soit une réussite», a indiqué Khare Diouf. 


Read also : Relations médias-entreprises : une plateforme de facilitation pour l’Afrique

C’est aussi l’artisanat du Sénégal qui va se donner à voir au cours de cette édition dont le thème est « redynamisation du système de commercialisation des produits artisanaux et conquête des marchés extérieurs ». « Le Sénégal dispose d’un grand potentiel artisanal avec un maillage et un dispositif institutionnels importants. Ce pays, au-delà de la chambre des arts et des métiers, dispose d’une agence de promotion de l’artisanat. Et je pense qu’à la lumière de ce dispositif  d’encadrement, il sera possible, dans le cadre de la tenue de ce Siarc, d’explorer la possibilité de signer un accord sur l’artisanat entre nos deux pays, sous réserve du très haut accord de notre hiérarchie», a précisé Achille Bassilekin III. Toujours le cadre du partage de compétences, il est prévu des ateliers permettant à des maîtres artisans sénégalais de distiller leur savoir-faire à leurs confrères du Cameroun. 


Read also : Chantiers routiers : une vingtaine de contrats résiliés

Dans un tout autre volet, notamment celui de l’accompagnement des start-up, il est projeté mais cette fois à très courte échéance « l’organisation d’une visio-conférence entre experts camerounais et des structures en charge de l’entrepreneuriat et des experts sénégalais sur une loi régissant les start-up », a souligné le Minpmeesa. En effet, le Sénégal a connu une avancée importante dans le cadre de la formulation de cette loi qui encadre l’activité des start-up. 


Read also : « De nouvelles entreprises seront mobilisées »

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category