Happy d’Efoulan : l’étoile montante du Mbolé

En quatre mois seulement, l’artiste s’est taillé la réputation de valeur sûre, au point de s’offrir un maximum de collaborations.

Il est indéniablement l’un des artistes les plus en vue du moment sur la scène camerounaise. Et Happy d’Efoulan, après la sortie de son titre à succès « O Tchapeu Tchapeu ! » en décembre 2020, continue d’attirer les regards. La nouvelle star multiplie les collaborations de prestige pour asseoir sa réputation. Le phénomène du Mbolé vient d’ailleurs de s’offrir un duo remarqué avec la chanteuse de renom Mani Bella sur la chanson « Je n’ai rien fait ». Présent sur la plateforme musicale YouTube depuis le 2 avril dernier, le titre cumule plus de 800 000 vues. Et les autres stars entendent bien se frotter au phénomène. La coqueluche des jeunes est en lice pour des collaborations avec plusieurs artistes. Le single « Numéro 1 » en featuring avec l’artiste Tenor, est déjà très attendu des mélomanes. 
Happy d’Efoulan, de son vrai nom Roger Essindi, prépare également un nouveau projet en solo. Pas le temps de se tourner les pouces pour l’artiste de 20 ans. L’année 2021 s’annonce très chargée, entre deux grands concerts à Yaoundé et Douala qu’il s’apprête à offrir à ses fans et une tournée nationale, quand le mauvais vent drainé par le Covid-19 passera. Artiste prolifique, Happy d’Efoulan prévoit également dans son agenda 2021, des spectacles au-delà des frontières. Preuve qu’il peut séduire même à l’international. 
Inconnu il y a quatre mois, Happy d’Efoulan connaît une ascension fulgurante. Le jeune prodige du Mbolé s’est imposé comme le « newcomer » le plus en vue de la musique urbaine camerounaise. De jour en jour, le succès grandit et ses fans sont de plus en plus nombreux. Il a acquis ses galons grâce au rythme « Mbolé » une musique populaire camerounaise issue des quartiers chauds. Dans ses textes, le candidat au baccalauréat A4 Allemand parle des maux de la société. La recette fonctionne auprès de son public qui grandit avec lui. Elève en classe de Terminale au lycée de Ngoa-Ekelle à Yaoundé, Happy d’Efoulan a la musique qui coule dans ses veines. Né et élevé dans une famille musicienne, c’est à l’âge de 12 ans qu’il fait ses premiers pas dans la musique au collège Stoll à Akono. Le coupé décalé est le rythme qui le passionne. Il flirte avec ce style en tant que danseur. Très rapidement, il évolue au sein de la fanfare de son établissement en tant que percussionniste et se familiarise avec le Mbolé. 2020 va marquer l’explosion du talent du jeune chanteur grâce à son tube « O Tchapeu Tchapeu ! » ou « Les larmes du mbolé ». 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category