Adamaoua : les prières de nuit sont suspendues dans les mosquées

C’est ce qui ressort de la lettre-circulaire signée vendredi dernier par le gouverneur de la région de l’Adamaoua.

Pour la seconde année consécutive, les mosquées pour les dix dernières nuits du mois de Ramadan seront fermées. Cette période bien qu’elle soit cruciale pour les musulmans, durant cette dernière décade du mois de Ramadan, les fidèles musulmans ne pourront pas intensifier tous les actes d’adoration dans ces lieux de prières. Ceci pour cause du respect des mesures barrières pour une fête de Ramadan sans Covid 19 notamment celles de la distanciation physique et du nombre limitée à 50 personnes. C’est pourquoi certains fidèles n’hésitent pas à faire une retraite spirituelle puisque  les mosquées sont de plus en plus fréquentées. Une situation qui rend difficile le respect des mesures barrières édictées par le gouvernement camerounais et l’OMS. 


Read also : Rentrée scolaire : on inscrit déjà dans le privé

Un tour effectué dans ces lieux de culte montre que le port du masque n’est pas toujours respecté. Rares sont les fidèles qui se lavent les mains avant d’accéder à la mosquée et respecte la distanciation sociale, une fois à l’intérieur. Autant de facteurs qui favorisent la propagation  du virus. C’est donc pour limiter les risques de contamination que le gouverneur de la région de l’Adamaoua, Kildadi Taguieke Boukar a signé le 30 avril dernier, une lettre-circulaire destinée aux Lamibés (chefs traditionnels) et aux imams. Dans cette correspondance, le patron de la région écrit que : « Au regard de la difficulté manifeste à maîtriser les regroupements massifs des personnes dans les mosquées au cours de la dernière décade du mois de Ramadan qui suscite un engouement considérable et une effervescence pour les prières nocturnes et les retraites spirituelles habituelles pouvant entraîner une flambée de la contamination communautaire de la pandémie du Covid-19, j’ai l’honneur de vous inviter à bien vouloir interdire les prières dans toutes les mosquées de la région  susceptibles de connaître des affluences notables durant cette période ». 


Read also : Ecoles normales d’instituteurs : réflexion sur la mise à jour des programmes

Sur cette décision, les avis restent partagés. Si pour certains la mesure est à saluer et même à encourager, pour d’autres, c’est un véritable coup dur. « Cette décision ne m’arrange pas véritablement. Le mois de Ramadan est le moment où le fréquente le plus les mosquées. La solidarité entre les musulmans s’exprime davantage dans ces lieux. On mange ensemble, on prie ensemble, on lit le Coran ensemble. Ça permet de ressouder les liens de la communauté. Nous n’a pas le choix, nous devons nous plier », confie Moustapha, un fidèle. Cependant, les imams se veulent rassurants. « Ce n’est pas parce que la mosquée est fermée que les fidèles ne peuvent pas faire leur adoration à domicile. On peut bien prier et lire le Coran toute la nuit qu’on soit seul ou en famille », conseille l’imam Housseini Bia. Comme pour dire le Coronavirus n’aura pour prétexte le Ramadan pour se répandre dans les mosquées qui sont désormais fermées.


Read also : 13th World Hepatitis Day : Free Screening Ongoing In Yaounde

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category