Epreuves sportives au Cep et Fslc : maîtres et élèves cherchent leur voie

L’examen se fera par écrit cette année. La plupart des enseignants ne savent comment y préparer les candidats.

Dans une salle de classe du Cours moyen II à l’école publique du Centre à Yaoundé, toute la matinée de ce mardi 4 mai 2021 est consacrée aux cours théoriques de sport. Cahiers, stylos, crayons et outils de traçage en mains, les élèves suivent attentivement M. Daniel Odjong, l’instituteur. Ce dernier s’efforce à orienter ses apprenants : dans les différents secteurs du sport : football, handball, saut, lancer de poids, gymnastique, etc. Il écrit, dessine, et va même jusqu’à simuler quelques mouvements afin que ses apprenants comprennent bien le cours. La matière n’a pas de canevas de cours préalablement défini par le programme scolaire. Il n’existe pas non plus de livre. « On essaie de mettre en écrit le côté pratique qu’on connaît pour enseigner aux enfants. Il est vrai que les termes sportifs sont très compliqués, mais on effectue des recherches sur les définitions simples et autres questionnaires afin de mieux outiller nos apprenants », assure Daniel Odjong.


Read also : Conseil camerounais du croissant lunaire : en quête d’un meilleur service

Dans cette école, comme partout ailleurs, des dispositions sont en train d’être prises pour permettre aux apprenants d’affronter l’épreuve d’éducation physique et sportive qui se déroulera exclusivement par écrit à cette session d’examens, selon un communiqué du Minedub publié le 26 avril dernier. Les candidats au Certificat d’études primaires aussi bien que ceux du First School Leaving Certificate sont concernés. Dans la plupart des établissements, les enseignants ne savent par où commencer. Du coup, ils s’intéressent à tout ce qu’ils estiment important pour leurs élèves. « On leur enseigne des notions sur la gymnastique, le lancer de poids, le football, la course, entre autres. On étudie des définitions, on enseigne les sports collectifs, les sports individuels, l’importance d’une activité physique et sportive. Bref, le champ est vaste », explique Angèle Tuete, institutrice. Selon cette dernière, ce n’est pas facile d’enseigner le sport en classe. « Les élèves ont déjà à l’esprit que le sport est physique. Depuis la rentrée scolaire, on fait des exercices physiques. D’où des difficultés pour certains à assimiler rapidement les notions ».  


Read also : Fonction publique : plus de 1 500 emplois disponibles

A quoi va ressembler une structure de l’épreuve sportive écrite ? Par quel canevas orienter les apprenants ? En l’absence d’un ouvrage officiel pour ce niveau, les écoles semblent perdues. Dans les écoles publiques, certains enseignants ont créé des brochures, et d’autres se débrouillent avec leur culture générale. Chez les primaires catholiques, le Père Juanpere, directeur du Complexe bilingue Saint-Joseph, confie qu’ils se sont concertés depuis l’année passée pour créer un petit livre à même d’outiller les apprenants au niveau de Yaoundé. 


Read also : BEPC : près de 220 000 candidats

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category