Communauté urbaine-communes de Yaoundé : inutiles batailles

Conflits de compétences et interprétations divergentes des textes donnent lieu à une collaboration tendue entre les autorités municipales de la capitale.

En moins d’un an, les chroniques au sein des collectivités territoriales décentralisées de Yaoundé parlent d’au moins deux conflits. Des discordes entre la Communauté urbaine et la commune d’arrondissement de Yaoundé II (août 2020) d’une part, et la commune d’arrondissement de Yaoundé VI (octobre 2020) d’autre part. Qu’il s’agisse du premier ou du deuxième cas, tout tourne autour des démolitions des boutiques dont les constructions ont été entreprises dans les communes respectives, par les maires de Yaoundé II et de Yaoundé VI. La commune d’arrondissement de Yaoundé IV ainsi, où en septembre 2020, dans le cadre d’une opération de lutte contre l’envahissement de la chaussée, des opérations similaires ont eu lieu sur la route de Messamendongo, sur l’axe menant à l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen. Ici, ce sont à la fois des espaces marchands et des habitations qui ont été touchés. Les destructions de boutiques survenues à Yaoundé VII, il y a quelques jours sont sans doute la goutte d’eau qui est venue faire déborder le vase entre Luc Messi Atangana et les maires d’arrondissement. L’initiative des démolitions ayant été prise par le maire de la ville de Yaoundé.


Read also : Elections Cameroon : retour sur les réseaux sociaux

Si dans le cas de Yaoundé IV, Luc Messi Atangana indiquait avoir prévenu à l’avance, dans les autres arrondissements, c’est un effet de surprise qui a accompagné les opérations menées par les engins de la Communauté urbaine de Yaoundé. D’où les tensions nées entre l’Hôtel de ville et les mairies d’arrondissement, initiatrices de ces constructions, qui de l’avis du maire de la ville de Yaoundé, étaient faites en violation de la loi, parfois dans des zones à risque : chaussée et sous des lignes haute tension. Les relations étaient devenues dès lors tellement tendues entre les élus de la ville, siège des institutions de la République, que la tutelle a dû y mettre du sien. C’est ainsi que mardi dernier, Emmanuel Mariel Djikdent a réuni les différents protagonistes dans la salle des conférences de ses services en vue de trouver des solutions à une situation qui commence à déteindre sur l’image de la capitale. Rencontre qui a permis aux maires d’arrondissement de demander la mise sur pied d’une plate-forme de concertation pour régler ce type de différends, alors que du côté de l’Hôtel de ville, l’on insiste sur le respect scrupuleux des textes, et notamment de la loi du 24 décembre 2019 portant Code général des collectivités territoriales décentralisées qui rappelle les compétences dévolues à chaque partie. 


Read also : Sénat : cinq projets de loi à examiner

La rencontre s’est néanmoins voulue un premier pas vers la recherche de solutions concertées entre personnalités issues d’une même famille politique et qui doivent aujourd’hui œuvrer non seulement dans l’intérêt des populations, mais également pour donner à Yaoundé un visage avenant à quelques mois de l’ouverture de la Coupe d’Afrique des Nations que notre pays accueille dès le début de l’année prochaine.


Read also : Human Rights : Towards Commission, Parliament Collaboration Framework

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category