Fête du Ramadan : la fièvre monte…

A la veille de la célébration qui a lieu demain, les fidèles musulmans accélèrent les préparatifs, avec le respect des mesures barrières à l’esprit.

Le mois de Ramadan tire à sa fin. D’après les imams, la fin du mois béni sera célébrée demain. Et les préparatifs pour célébrer avec faste s’intensifient à Yaoundé. Les fidèles musulmans mettent les bouchées doubles pour que ce jour solennel qui marque la fin de 29 ou 30 jours de privation soit un moment de réjouissances absolu. Et avec à l’esprit évidemment, le respect des mesures barrières. Car, le Covid-19 circule toujours.


Read also : Climat social à Hevecam : le nouveau DG veut communiquer

Dans les milieux de culte, l’ambiance est au recueillement. Au complexe islamique de Tsinga par exemple, les prières vont crescendo. Dans la cour de la mosquée principale, des fidèles ayant mis de côté leurs activités pour une retraite spirituelle sont installés sur des nattes. Coran en main, tous méditent. Parvenue aux derniers jours du mois de Ramadan, la communauté musulmane multiplie les prières. A l’intérieur des mosquées, des mesures spéciales ont déjà été prises pour la célébration de la prière le jour-J, notamment un point d’eau avec du savon pour le lavage des mains, visible à l’entrée. « Vu le contexte sanitaire actuel, le port du masque de protection sera de mise ce jour- là, comme c’est déjà le cas actuellement. De plus, les entrées seront filtrées afin de veiller au respect de la distanciation physique dans les lieux saints. Nous allons égale- ment demander aux fidèles d’éviter les réjouissances populaires qui drainent du monde, même à la mai- son », précise l’imam Souley-Mane de la mosquée d’Essos.


Read also : Procès en béatification : un Camerounais sur la route des Saints

Dans les commerces, les emplettes de toutes sortes se multiplient : vêtements, gadgets, gastronomie, rien n’est négligé. Une efferves- cence peu ordinaire est observée dans les boutiques et ateliers de couture du quartier Briqueterie. « Actuellement, nous sommes débordés par les commandes. Comme toujours, c’est à la dernière minute que certains clients se pointent et exigent que leurs boubous soient prêts pour la fête. Heureusement, j’ai la main d’œuvre en conséquence », explique Saïd Moussa, maître tailleur, visiblement submergé. La fête du Ramadan étant une occasion de partage avec la famille, les connaissances et voisins, les fidèles s’appliquent dans les domiciles pour faire vivre des moments conviviaux à leurs visiteurs.


Read also : Frère Jean-Thierry Ebogo : une vie dédiée à Dieu

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category